Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 11:04

Nyon Charlie Cunningham: «J'aime sortir de ma zone de confort»

Le Britannique est en concert ce samedi à 21 h 15 au Détour. Il se dit prêt à hypnotiser le Paléo avec sa folk qui s'inspire parfois des techniques du flamenco.

Tournage et montage Laura Juliano / Interview Fabio Dell'Anna

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Charlie Cunningham est souvent catégorisé de folkeux. Il est dans la même lignée que Nick Drake ou John Martyn, deux artistes qu'il adore écouter. Pourtant, on lui trouve quelque chose en plus. Son deuxième album, «Permanent Way», sorti en juin, est une pépite influencée par plusieurs genres. Lors de notre rencontre dans un restaurant lausannois, il nous affirme qu'il écoute vraiment de tout. Et ce, depuis sa jeunesse. «Mes premiers souvenirs d'enfance sont rythmés par la musique que mes parents entendaient. Ils adoraient Stevie Wonder, Whitney Houston, Gloria Estefan ou encore Eurythmics.» Il précise avec un petit sourire que son premier concert est un show d'Elton John avec son père. Il avait 11 ans.

C'est vers le même âge que le Britannique a compris avoir quelques facilités avec la musique. «Assez rapidement, je pouvais rejouer au piano une mélodie que j'entendais. Ce n'était jamais parfait, mais la base était là.» Malgré ce talent découvert assez tôt, il reste humble et se demande toujours s'il est vraiment doué pour ce métier. «Je me suis lancé professionnellement à 28 ans. C'est très tard. J'ai décidé d'aller en Espagne pour me concentrer que sur ça.»

Deux ans au lieu de deux mois

Parti à la base juste deux mois à Séville pour apprendre le flamenco à la guitare, il est finalement resté deux ans et demi. «Je vous promets, c'était très dur, rigole-t-il. Les rythmes sont très importants.» Charlie Cunningham travaille trois nuits par semaine dans une auberge de jeunesse pour s'offrir le minimum nécessaire et passe le reste de son temps à s'exercer. «L'Espagne me manque. J'y retourne souvent. Au début de l'année passée, j'y ai passé un mois pour la composition de mon album.» C'est donc naturellement que l'on retrouve des teintes d'Andalousie dans «Permanent Way».

Au milieu du disque, on découvre la captivante instrumentale «Interlude (Tango)», qui montre à quel point il maîtrise cette technique. Une parenthèse solaire qu'il ne se serait peut-être pas permis sur son premier disque. «Je me suis senti plus libre lors de mes dernières compositions. Au début de ma carrière, j'ai voulu me prouver que je pouvais être un bon auteur. Maintenant, j'ai envie d'avancer et de progresser.»

En effet, pour son premier opus, «Lines», il a joué sur la simplicité tandis que pour le dernier on sent que les morceaux sont nettement plus produits. Il se balade parfois vers de l'electro, il fait appel à plus d'instruments, comme des violons sur la chanson «Stuck», et il explore également sa voix. «Sortir de ma zone de confort est quelque chose de très important. J'essaie toujours d'écrire différents styles de chansons.»

On lui souffle d'ailleurs que sa voix serait également parfaite pour du rap. «J'adorerais en faire un jour! J'en écoutais pas mal plus jeune: De La Soul et Eminem lors de ses débuts.» Après cet entretien, Charlie Cunningham confirme ce que l'on pense: même s'il joue de la folk, il retranscrit dans son style toute la variété de musique qu'il écoute.

Le musicien sera ce soir à 21 h 15 sur la scène du Détour au Paléo.«Je suis très excité d'être ici. il y aura quatre personnes avec moi, dont un batteur, un pianiste et un saxophoniste. On est tous prêts à passer un excellent moment», conclut-il. Pour ceux qui ont raté sa performance du 27 juillet à Nyon, il revient à Lausanne au Docks, le 8 octobre prochain. Plus d'excuse!

Créé: 27.07.2019, 10h17

En direct de Twitter avec @lemondedekaro et @Fluckskywalker





Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.