Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 07:38

Cinéma De nombreuses stars sont attendues au GIFF

Xavier Dolan, David Cronenberg ou encore Park Chan-wook seront présents au Festival international du film de Genève.

C'est la première fois que le réalisateur, scénariste, producteur et acteur canadien vient en Suisse.

C'est la première fois que le réalisateur, scénariste, producteur et acteur canadien vient en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Geneva International Film Festival (GIFF) fêtera ses 25 ans du 1er au 10 novembre. A l'occasion de cet anniversaire, il décernera un nouveau prix, le Geneva Award, au Canadien Xavier Dolan. Park Chan-wook et David Cronenberg figurent aussi parmi les invités.

«Le Geneva Award salue une manière de faire du cinéma, avec gourmandise, envie de transmettre», a relevé mercredi devant les médias Emmanuel Cuénod, directeur général et artistique du GIFF. Selon lui, c'est la première fois que le réalisateur, scénariste, producteur et acteur canadien vient en Suisse. Il sera à Genève avec sa productrice Nancy Grant et sa comédienne fétiche, Anne Dorval.

Par ailleurs, le GIFF programmera une rétrospective intégrale des films de Xavier Dolan, dont «The Death and Life of John F. Donovan», inédit en Suisse. L'artiste québécois donnera aussi une masterclass, un exercice auquel il se prête rarement, d'après M. Cuénod.

180 oeuvres

Le festival mettra également à l'honneur Park Chan-woo, en lui remettant le Film & Beyond Award. Le cinéaste sud-coréen viendra avec six films, en grande partie des versions inconnues de son travail. Parmi plus de 150 invités, le GIFF relève encore la présence de David Cronenberg, qui présentera la version restaurée de «Crash» (1996).

Au total, 180 œuvres de cinéma, de télévision et digitales seront projetées lors de cette édition. Trente d'entre elles figurent en compétition internationale, dans les sections «longs métrages», «séries télévisées» et, pour la troisième année, «oeuvres immersives».

«Envergure internationale»

Hors compétition, les sections mêlent désormais cinéma, télévision et production numérique afin de refléter l'accent mis sur la qualité plutôt que sur le format. Les festivaliers pourront notamment découvrir en avant-première «J'accuse», de Roman Polanski, trois nouvelles séries suisses - «Helvetica», «Quartier des banques» et «Wilder» - ou encore «Ayahuasca, Kosmik Journey», de Jan Kounen, en réalité virtuelle.

Cette 25e édition a été l'occasion de tirer un bilan, selon le directeur du GIFF: «On est fier de la place importante qu'il occupe en Suisse, de son envergure nationale et internationale.» Le budget est passé de 1,2 million de francs en 2013 à 2,2 millions en 2019, le numérique étant plus coûteux. Pour M. Cuénod, cette crise de croissance s'est faite en respectant l'ADN du festival. (ats/nxp)

Créé: 09.10.2019, 16h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.