Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 00:01

Affaire Tariq Ramadan La plainte de Henda Ayari contre Ramadan prend l'eau

La première plaignante de Tariq Ramadan, ex-salafiste devenue militante laïque, mariait son frère au moment où elle affirme avoir été violée par l'islamologue, selon «Le Point».

Henda Ayari. Image: AFP

Galerie photo

Tariq Ramadan dans la tourmente judiciaire

Tariq Ramadan dans la tourmente judiciaire L'islamologue genevois, célèbre dans les milieux musulmans conservateurs, doit faire face à des accusations de viols.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle est la première à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan pour viol, en octobre 2017. Henda Ayari assurait alors avoir été abusée par le théologien suisse entre le 31 mars et le 8 avril 2012 dans un hôtel Holiday Inn, près d'une gare parisienne, avant de finalement préciser que le viol avait eu lieu le 26 mai 2012 à l'hôtel Crowne Plaza au cœur de Paris.

Première femme à avoir porté plainte en octobre, Henda Ayari était confrontée jeudi matin pour la première fois à l'islamologue de 55 ans, inculpé de viols et incarcéré depuis le 2 février dans cette affaire.

Initialement, elle situait le viol présumé au début du printemps 2012, dans un hôtel de l'est parisien. Elle avait ensuite fait évoluer sa version des faits, évoquant alors la date du 26 mai 2012 et un lieu précis: l'hôtel Crowne Plaza de la place de la République à Paris. Mais les enquêtes menées par la brigade criminelle ont mis en doute ce nouveau témoignage, en concluant qu'elle se trouvait alors au mariage de son demi-frère à Rouen, à 130 km au nord-ouest de la capitale française.

«Elle a recherché des dates. Elle a eu tort parce qu'elle aurait dû dire finalement: Je ne sais pas», a réagi après la confrontation Me Francis Szpiner, l'avocat de la plaignante. «Mais ça ne remet pas en cause l'essentiel. (...) Elle dit qu'il l'a violée et elle a maintenu ses accusations face à Tariq Ramadan», a-t-il ajouté.

Le frère cadet de la plaignante a précisé aux enquêteurs que le 26 mai 2012, il se mariait à Petit-Couronne, à 7 ou 8 kilomètres de Paris et que sa sœur était présente jusqu'à environ 3 heures du matin: «Dans mes souvenirs, elle était présente et souriante, a-t-il déclaré aux policiers. Il me semble qu'on la voit sur une vidéo du mariage qui est gravée sur un DVD». Les policiers ont pu vérifier auprès des services d'Etat civil que Monsieur Ayari s'était bel et bien marié ce jour-là: «la date du 26 mai 2012 ne tient pas debout», a-t-il conclu.

Pour sa part, le conseil de Tariq Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, a indiqué qu'il allait formuler une nouvelle demande de remise en liberté pour son client. «Il n'y a plus pour moi de dossier Ayari puisque on est incapable de savoir quand et où le prétendu viol aurait eu lieu. Reste maintenant la question de la remise en liberté de Tariq Ramadan que je vais déposer bien évidemment dès aujourd'hui», a-t-il déclaré après la confrontation.

Deux autres femmes accusent en France Tariq Ramadan de les avoir violées. Pour la première, surnommée Christelle, le théologien est aussi inculpé. Concernant la seconde, Mounia Rabbouj, il est pour le moment placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Le théologien musulman nie vigoureusement tout viol. Il a cependant reconnu avoir eu une relation extraconjugale avec Mme Rabbouj, ancienne escort-girl, protagoniste du procès pour proxénétisme de l'hôtel Carlton aux côtés de l'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI), le Français Dominique Strauss-Kahn.

(nxp)

Créé: 19.07.2018, 13h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.