Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:04

Santé Le plan pour que les Genevois vivent plus longtemps

Environnement, alimentation, prévention: le Conseil d'Etat genevois a détaillé ses mesures visant à «aider la population à vivre plus longtemps».

«Quand on parle d'hôpitaux, c'est déjà trop tard», a souligné le président du Conseil d'Etat genevois Antonio Hodgers.

«Quand on parle d'hôpitaux, c'est déjà trop tard», a souligné le président du Conseil d'Etat genevois Antonio Hodgers. Image: Archives /Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La santé ne se jauge pas uniquement au nombre d'hôpitaux ou à la qualité des EMS. La prévention joue un rôle essentiel. C'est en partant de ce constat que le gouvernement genevois a élaboré son plan cantonal de promotion de la santé 2019-2023, rendu public mercredi.

«Quand on parle d'hôpitaux, c'est déjà trop tard», a commenté le président du Conseil d'Etat genevois Antonio Hodgers. C'est en amont que l'exécutif entend agir en proposant une vingtaine d'actions qui englobent toute une série de secteurs, allant de l'environnement à la mise en place de bases légales favorables.

Avoir les bons réflexes

Le plan veut «donner les moyens à la population genevoise de vivre le plus longtemps possible en bonne santé». Il faut mettre en place de bons réflexes, de bonnes pratiques, a relevé le conseiller d'Etat genevois chargé de la santé Mauro Poggia. L'Etat doit aussi veiller à offrir des conditions cadres propices à une vie saine.

Dans cette optique, de nombreuses politiques publiques constituent des leviers intéressants. La pollution de l'air, qui cause 3000 décès prématurés par année en Suisse, a souligné M. Hodgers, ou le bruit, qui peut empêcher une personne d'avoir un sommeil réparateur, peuvent être réduits en agissant sur le trafic motorisé, par exemple.

Objectifs fixés

Une bonne alimentation est aussi fondamentale, avec une attention particulière portée aux enfants. Des buts à atteindre d'ici à 2023, comme augmenter la proportion d'élèves estimant avoir le bon poids ou augmenter la proportion de la population déclarant ne souffrir d'aucune nuisance à domicile, ont été fixés par le canton.

«Nous serons jugés sur la manière dont nous mettrons en place les mesures destinées à atteindre ces objectifs», a noté M. Poggia. Ce plan doit permettre à chacun de maintenir son capital santé aussi longtemps que possible et d'agir, par ricochet, sur les coûts de la santé, en évitant leur hausse continuelle. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2019, 17h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.