Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 12:08

Genève Meurtre de la petite Semhar: le procès reprend

Le procès du meurtrier présumé de Semhar, interrompu après qu'une juge se fut endormie durant l'audience, rouvre mardi.

Un nouveau juge reprendra le procès du meurtre de Semhar. L'ancienne juge s'était endormie pendant l'audience.

Un nouveau juge reprendra le procès du meurtre de Semhar. L'ancienne juge s'était endormie pendant l'audience. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cauchemar semble sans fin. Le meurtrier présumé de Semhar, 12 ans, comparaîtra une nouvelle fois mardi devant la Chambre pénale d'appel et de révision de Genève. En janvier, son procès avait été interrompu, car une juge s'était endormie pendant l'audience.

Les débats reprendront de zéro, avec un nouveau juge assesseur à la place de la magistrate défaillante. En première instance, l'accusé, un chauffeur de taxi éthiopien de 43 ans, avait été condamné à 20 ans de prison pour le viol et l'assassinat de la jeune adolescente. La peine avait été assortie d'une mesure d'internement.

Le prévenu avait recouru contre ce verdict. Sa défense, depuis le début de la procédure, n'a pas varié. Ce n'est pas lui qui a étranglé Semhar. Il le répétera devant les juges, mardi, et plaidera l'acquittement. De son côté, le Ministère public devrait tenter d'obtenir la perpétuité, accompagnée de l'internement.

Série d'incidents programmée

La défense, représentée par Vincent Spira et Yaël Hayat, promet d'ouvrir les débats en soulevant plusieurs incidents. Le recommencement d'un procès en appel depuis le début est en effet un cas unique dans l'histoire judiciaire genevoise. Le tribunal devra-t-il réentendre le prévenu, se demande par exemple M. Spira.

Pour la mère de Semhar, cette répétition est une source de tourment. L'interminable procédure ajoute à la souffrance de ma cliente, relève son avocat Robert Assaël. Pour comble de malheur, la maman connaît bien l'assassin présumé de sa fille. Elle entretenait à l'époque des faits une liaison amoureuse secrète avec lui.

Semhar avait été tuée un soir d'août 2012, chez elle. La police avait retrouvé son corps, caché sous le lit parental. Dans son jugement de juin 2018, le Tribunal criminel avait considéré qu'un faisceau d'indices suffisant permettait d'écarter tout doute raisonnable à propos de la culpabilité de l'accusé.

Déménagement

Depuis les faits, la mère et le petit frère de la victime ont quitté le quartier de la Tambourine, lieu de ce crime abominable. Ils habitent dorénavant en face du cimetière où est enterrée Semhar. «Ma cliente, pour qui les dénégations du prévenu représentent une agression supplémentaire, ne s'en remettra jamais», relève M. Assaël.

Le chauffeur de taxi est également poursuivi pour avoir, à de réitérées reprises, violé trois femmes avec lesquelles il se trouvait en couple. Il est aussi accusé d'avoir maltraité ces femmes et d'avoir été jusqu'à en séquestrer une, en l'enfermant à clé dans leur appartement et en lui confisquant son permis de séjour. (ats/nxp)

Créé: 23.03.2019, 08h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.