Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 13:49

High-Tech Des développeurs portent plainte contre Apple

Apple est poursuivi par des développeurs d'applications mobiles pour sa gestion de l'App Store, considéré comme un «monopole abusif».

La marque à la pomme prélève 30% de commission sur les applications payantes ainsi que sur les achats intégrés.

La marque à la pomme prélève 30% de commission sur les applications payantes ainsi que sur les achats intégrés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des développeurs, ceux qui conçoivent les applications mobiles, ont déposé plainte mardi contre Apple, l'accusant de pratiques anticoncurrentielles dans sa gestion de sa boutique en ligne App Store, selon leurs avocats.

D'après la plainte déposée au tribunal fédéral de San Jose en Californie, ils se plaignent notamment du fait qu'il n'y a «qu'une seule boutique en ligne d'applications pour les appareils» de la marque, «ce qui permet à Apple d'abuser de sa position de force sur le marché», explique le cabinet Hagens Berman.

Selon eux, cela enfreint les lois fédérale et californienne sur la concurrence. La plainte demande à être considérée comme une «class-action», une plainte en nom collectif englobant d'autres développeurs «dans la même situation», ce qui doit être accepté, ou non, par un juge.

Apple nie tout monopole

Apple nie pour sa part toute idée de monopole, faisant notamment valoir que les développeurs peuvent diffuser leurs produits sur d'autres boutiques, à commencer par celle de Google, le Play Store. Apple dit aussi que 84% des applications sur son App Store sont gratuites.

La marque à la pomme prélève 30% de commission sur les applications payantes ainsi que sur les achats intégrés dans l'application, fait valoir le cabinet Hagens Berman dans un communiqué annonçant la plainte, qui affirme aussi qu'Apple demande aux développeurs 99 dollars par an pour distribuer leurs «apps» dans sa boutique en ligne.

La plainte demande un procès et vise en particulier «à forcer Apple à mettre fin à son monopole abusif et à permettre la concurrence dans la distribution des applications» compatibles avec les appareils de la marque, et à le contraindre à rembourser les développeurs.

Un contexte tendu

Cette plainte intervient alors qu'élus et régulateurs de la concurrence fourbissent leurs armes contre les géants technologiques. En mai, la Cour suprême des Etats-Unis a autorisé des propriétaires d'iPhone à poursuivre Apple pour sa gestion de l'App Store: pour eux aussi, Apple détient un monopole sur la vente des applications et la commission prélevée par Apple renchérit leurs prix. (afp/nxp)

Créé: 04.06.2019, 22h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.