Mercredi 24 juillet 2019 | Dernière mise à jour 06:39

États-Unis Données personnelles: Facebook se défend

Mark Zuckerberg n'a pas sciemment enfreint un accord avec le régulateur encadrant sa gestion des données personnelles, se défend Facebook.

Image d'archive de Mark Zuckerberg.

Image d'archive de Mark Zuckerberg. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le directeur de Facebook, Mark Zuckerberg, n'a en aucun cas sciemment enfreint un accord avec le régulateur encadrant sa gestion des données personnelles, a assuré mercredi le réseau social américain. L'entreprise fait l'objet d'une enquête depuis plus d'un an.

Selon le «Wall Street Journal», le groupe a dû fournir à la Federal Trade Commission (FTC) des emails, certains datant de 2012, laissant penser que le dirigeant était personnellement au courant du fait que des applications externes avaient accès à une très grande quantité de données personnelles à l'insu des utilisateurs, mais qu'il ne s'était pas attaqué au problème. Le journal précise ne pas avoir eu accès à ces documents, mais que des sources anonymes lui en ont décrit la teneur.

«Nous avons pleinement coopéré avec l'enquête de la FTC et fourni des dizaines de milliers de documents, emails et dossiers. À aucun moment, Mark [Zuckerberg, ndlr], ni aucun autre employé de Facebook, n'a sciemment enfreint les obligations imposées par la FTC et il n'existe aucun email qui montrerait cela», a réagi un porte-parole du groupe.

Accord à l'amiable

Depuis l'éclatement du scandale Cambridge Analytica (CA) en mars 2018, la FTC cherche à savoir si Facebook a enfreint un accord signé en 2011 - entré en vigueur en 2012 -, qui exigeait notamment du réseau social qu'il protège mieux les données de ses usagers et leur demande leur accord explicite pour les partager avec des tierces parties.

Selon la presse américaine, la FTC cherche notamment à déterminer à quel point Mark Zuckerberg a pu être impliqué dans d'éventuels manquements. Facebook et la FTC négocient depuis des semaines un accord amiable sur ce sujet. Le groupe a déjà annoncé s'attendre à devoir payer une pénalité record située entre 3 et 5 milliards de dollars (quasiment autant en francs).

Au moment du scandale Cambridge Analytica, le groupe avait déjà implicitement reconnu qu'il savait depuis des années que certaines applications avaient accès à trop de données, puisqu'il avait décidé en 2014 de considérablement limiter ces accès. Cette mesure est devenue effective en 2015. (ats/nxp)

Créé: 13.06.2019, 05h11

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.