Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 07:07

Réseau social Facebook ne fera pas de «fact-checking» politique

Le réseau social américain s'est justifié en estimant qu'il n'a pas à «agir en tant qu'arbitre des débats politiques».

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, à Washington le 19 septembre dernier.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, à Washington le 19 septembre dernier. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook ne soumettra pas les déclarations des responsables politiques au «fact-checking», processus de vérification des infos. La plateforme s'est lancée dans une croisade pour rétablir la confiance après une série de tentatives de manipulation de l'opinion.

«Nous ne pensons pas qu'il soit approprié pour nous d'agir en tant qu'arbitre des débats politiques et d'empêcher le discours d'un politicien de toucher son public», a expliqué Nick Clegg, directeur mondial des affaires publiques du géant américain, dans un communiqué en ligne.

«Cela signifie que nous n'enverrons pas de contenus originaux ou de publicités publiées par des responsables politiques à nos partenaires de fact-checking pour examen», a-t-il clarifié. Le réseau social, accablé par la propagation de fausses informations («fake news»), qui nuisent aux débats démocratiques, notamment dans le cadre des élections, a mis en place un partenariat avec des organes de presse pour vérifier les articles et posts soupçonnés de répandre des infox.

Le démenti reste

Les mises au point des journalistes de ces médias viennent ensuite s'afficher juste en dessous des contenus incriminés quand ils sont visibles sur la plateforme, avec une mention indiquant leur caractère douteux. Ne pas inclure les messages des responsables politiques fait partie du règlement du réseau depuis un an, écrit Nick Clegg.

Il précise cependant que «quand une personnalité politique partage un contenu précédemment démenti, y compris des liens, des vidéos et des photos, nous avons l'intention de rétrograder ce contenu, d'afficher les informations liées des journalistes partenaires et d'empêcher leur intégration dans des publicités». L'ancien vice-Premier ministre britannique a rejoint Facebook il y a moins d'un an pour l'aider à réparer son image écornée par des scandales.

Sur une corde raide

En 2016, des campagnes de manipulation liées à la Russie avaient utilisé les réseaux sociaux pour tenter d'influencer leurs utilisateurs lors de scrutins au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ces opérations politiques avaient notamment eu recours à la propagation de fake news.

Mais le géant des réseaux avance sur une corde raide, entre préservation de la liberté d'expression et régulation des contenus inappropriés (désinformation, incitation à la haine et au terrorisme, etc). Le groupe de Mark Zuckerberg a donc pris des mesures pour renforcer la transparence, notamment autour des publicités politiques.

Mais aux États-Unis il est sous le feu de critiques venues aussi bien de certains démocrates, qui trouvent que les géants de la tech sont devenus trop puissants, que de républicains, à commencer par le président Donald Trump, qui accuse régulièrement les réseaux sociaux de censurer les voix conservatrices. (ats/nxp)

Créé: 25.09.2019, 06h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.