Lundi 18 mars 2019 | Dernière mise à jour 20:56

Technologie La blockchain se développe en Romandie

Genève est le site d'implantation privilégié en Suisse romande pour les entreprises actives dans la blockchain.

La blockchain - ou chaîne de blocs - est un registre de stockage de données réputé inviolable et géré de façon décentralisée.

La blockchain - ou chaîne de blocs - est un registre de stockage de données réputé inviolable et géré de façon décentralisée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Greater Geneva Bern Area (GGBa) a maintenu le cadence en 2018, jouant les entremetteuses pour attirer toujours autant d'entreprises étrangères en Suisse occidentale. La plateforme de promotion économique a mis l'accent sur les nouvelles technologies, notamment les sociétés actives dans la blockchain. Genève est le site d'implantation privilégié.

L'année dernière, la GGBa a permis l'implantation de 92 entreprises, avec la promesse de création de 712 emplois. En 2017, 88 sociétés avaient posé leur baluchon en Suisse occidentale, pour un potentiel de 955 nouveaux postes de travail. La plateforme réunit les promotions économiques de l'ensemble des cantons romands - à l'exception du Jura - et du canton de Berne.

Sur le total d'implantations réussies en 2018, sept ou huit sociétés sont actives dans la blockchain, une première pour le GGBa. «Lorsque j'ai fait le bilan en fin d'année, cela m'a surpris. C'est beaucoup», a indiqué à AWP le directeur général Thomas Bohn.

Dans le lot figurent le gestionnaire d'actif Trecento, l'éditeur de logiciel Centreon ou encore le cabinet de conseil en projets blockchain ICO Psion Finance, tous trois français. Grâce à ces entreprises, plus d'une trentaine d'emplois devraient voir le jour d'ici trois ans à Genève.

La GGBa n'accepte pas les dossiers de sociétés voulant simplement créer une boîte postale en Suisse, comme cela se fait ailleurs.

La blockchain - ou chaîne de blocs - est un registre de stockage de données réputé inviolable, géré de façon décentralisée. Un pôle de développement pour cette technologie s'est notamment constitué dans le canton de Zoug, nommé «Crypto Valley» en référence à la Silicon Valley californienne.

Une banque cantonale ouverte

Les conditions-cadres offertes par la Confédération sont optimales pour les sociétés de la blockchain. En Romandie, la présence des pôles d'innovation comme l'EPFL constitue un atout supplémentaire. La question bancaire est également centrale. «Si vous ne trouvez pas de banques qui sont d'accord d'ouvrir des comptes pour ces sociétés blockchain, ça ne marchera pas», souligne M. Bohn.

Plusieurs banques privées à Genève sont en train de se positionner dans ce domaine, selon le directeur de la GGBa. Neuchâtel possède à ce jour la seule banque cantonale acceptant des relations commerciales avec des firmes de la blockchain, moyennant des garanties de sérieux. Les expériences menées par la Banque cantonale neuchâteloise font des émules, à en croire Thomas Bohn.

Cette ouverture d'esprit n'est pas présente partout, prévient-il cependant. «A un moment, la Banque cantonale de Zoug indiquait dans sa communication qu'elle n'entrait pas en matière avec les sociétés blockchain dans le cadre d'ICO.»

La GGBa s'est investie dans ce domaine, en adhérant notamment à l'association CryptoValley. Elle a engagé une personne spécialisée dans la blockchain. Pour Thomas Bohn, les implantations de sociétés spécialisées dans cette technologie vont gagner en importance en Suisse occidentale ces prochaines années.

La GGBa investit également des moyens pour promouvoir la place économique de Suisse occidentale dans le domaine des drones. Du point de vue géographique, la plateforme a ouvert en mars 2018 un nouveau bureau en Chine, à Shenzhen, et a déjà engrangé un premier succès.

Cette antenne a pu mettre en contact une jeune pousse technologique, Malong, avec un professeur de l'Université de Berne spécialisé dans le même domaine d'activité. «Il y a eu un coup de foudre mutuel. Malong a signé en novembre un accord de collaboration et va bientôt s'installer à Berne», se réjouit Thomas Bohn.

La GGBa a également renforcé sa présence en Californie, en inaugurant une représentation en plein coeur de la Silicon Valley. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2019, 11h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.