Dimanche 19 août 2018 | Dernière mise à jour 00:01

Big Brother Le flicage des Suisses sur le Net inquiète Berne

La surveillance exercée par les services de renseignement américains sur les réseaux sociaux n'a pas échappé aux autorités fédérales, qui se réservent le droit d’interpeller Washington. Est-ce suffisant?

Tout ce qu’un Suisse écrit ou fait sur le Net pourra être retenu contre lui s’il se rend un jour aux Etats-Unis.

Tout ce qu’un Suisse écrit ou fait sur le Net pourra être retenu contre lui s’il se rend un jour aux Etats-Unis. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’œil de Big Brother est braqué sur les Suisses et le Conseil fédéral se dit «conscient des risques», dans une réponse adressée cette semaine au conseiller national Jean Christophe Schwaab (PS/VD). En vertu de la loi Foreign Intelligence and Surveillance Act (FISA), les Etats-Unis se réservent le droit d’espionner toutes les données, y compris de ressortissants étrangers, transitant par les «clouds» et les réseaux sociaux basés outre-Atlantique.

Cette pratique, épinglée par l’Union européenne résonne jusque sous la Coupole. «Les moyens offerts par les nouvelles technologies […] rendent possible une surveillance à large échelle des citoyens par des puissances étrangères qui n'ont pas nécessairement les mêmes conceptions que les autorités suisses en matière de protection des données», écrit le Conseil fédéral en réponse à l’interpellation de Jean Christophe Schwaab.

Pas de cas concrets

Conscient des risques, l’exécutif affirme ne pas avoir «connaissance de violations des droits de la personnalité de citoyens suisses sur la base de la FISA dans un cas concret». Et d’appeler les internautes à la retenue: «Celui qui utilise les réseaux sociaux doit compter avec le risque que les informations qu'il divulgue puissent échapper à son contrôle ainsi qu'au champ d'influence des autorités suisses. Il lui incombe d'apprécier ce risque et de rester vigilant». Berne se réserve en outre le droit d'aborder le sujet avec Washington si des atteintes à la personnalité de citoyens suisses devaient être constatées.

L’auteur de l’interpellation est mitigé face à la réponse des autorités. «Je trouve positif que le Conseil fédéral prenne conscience des risques et veuille avancer dans la réforme de la loi sur la protection des données», se réjouit Jean Christophe Schwaab.

Le croisement des données

Il déplore en revanche l’accent exclusif mis sur la responsabilité individuelle de l’internaute. «Les gens commencent à comprendre qu’il ne faut pas publier n’importe quoi sur internet. Mais la problématique de FISA va beaucoup plus loin que cela. Les Renseignements américains croisent les données de sources diverses, réseaux sociaux, e-mails, habitudes d’achat, pour aboutir à des profils très précis, dont l’internaute n’a pas conscience».

Pour l’élu socialiste, l’absence de cas concrets n’est pas une excuse pour ne rien faire. «Le Conseil fédéral devrait justement travailler à prévenir l’émergence de cas concrets, pas à réagir le jour où ils se produiront.»

L’Administration fédérale est en train de rédiger un rapport sur l’encadrement juridique des réseaux sociaux. Jean Christophe Schwaab va attendre ses conclusions ainsi que les travaux de révision de la loi sur la protection des données avant de donner une suite éventuelle à son interpellation. (nxp)

Créé: 14.05.2013, 15h37

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.