Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 12:17

CES «Nous approchons rapidement d'une nouvelle ère»

Le secteur de l'électronique grand public secteur attend le nouvel appareil qui révolutionnera le secteur comme le fit par exemple l'iPhone en 2007. Réponse cette année à Las Vegas?

Le salon ouvre ses portes officiellement le mardi 8 janvier. Il est précédé de divers événements high-tech.

Le salon ouvre ses portes officiellement le mardi 8 janvier. Il est précédé de divers événements high-tech. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Malgré une année de controverses qui ont ébranlé la confiance des consommateurs, le secteur technologique américain s'est montré optimiste dimanche côté chiffre d'affaires mais a aussi exprimé des inquiétudes, liées aux tensions commerciales qui pèsent sur l'économie.

398 milliards de dollars

Les Américains devraient dépenser cette année 398 milliards de dollars pour s'acheter des appareils électroniques, anticipe la Consumer Technology Association (CTA), qui organise le salon CES à Las Vegas aux Etats-Unis.

Le nouvel iPhone?

«Nous approchons rapidement d'une nouvelle ère de l'électronique grand public», a assuré Steve Koenig lors d'une conférence de presse organisée en amont de la grand-messe annuelle de la tech, alors que le secteur attend avec impatience depuis des années le nouvel appareil qui révolutionnera le secteur comme le fit par exemple l'iPhone en 2007.

La CTA, qui tablait l'an dernier à la même époque sur 351 milliards de dollars de dépenses aux Etats-Unis, ne donne plus depuis l'an dernier de données mondiales comme il le faisait auparavant. En 2017, il avait anticipé 929 milliards de dollars de dépenses mondiales.

Plombé par la saturation

Côté smartphones, la CTA espère une modeste progression de 2% en chiffre d'affaires (80 milliards de dollars) et de 1% en volume (170,7 millions d'unités) en 2019. Le marché reste en effet plombé par la saturation du marché du smartphone dans les pays les plus riches et par les tensions commerciales entre Pékin et Washington, qui pèsent sur de nombreux pans de l'économie, notamment la technologie.

Apple a d'ailleurs jeté un froid glacial mercredi en annonçant une baisse de ses prévisions de chiffre d'affaires trimestriel, qu'il attribue au ralentissement de la croissance chinoise, aggravé par les tensions entre les deux pays. Les tensions sont d'autant plus préoccupantes que c'est en Chine que les entreprises américaines fabriquent l'essentiel de leurs produits et que la Chine est également l'un de leurs principaux marchés.

Pique anti Trump

Dimanche, le président de la CTA Gary Shapiro a d'ailleurs estimé que «le président (Donald) Trump ne comprend pas» à quel point les économies sont interdépendantes. «Lorsque la Chine est enrhumée, nous éternuons», a-t-il résumé, rappelant son opposition aux taxes douanières punitives, même si «la Chine a été déloyale avec des compagnies non-chinoises».

«Les motivations du président Trump sont légitimes mais sa stratégie n'est pas la bonne», a-t-il ajouté devant des journalistes.

Retrouver l'enthousiasme

Malgré ces inquiétudes macro-économiques, le secteur espère mettre derrière lui cette année les nombreuses polémiques autour des fuites de données personnelles qui ont lourdement écorné l'image des géants technologiques, à commencer par Facebook. «2018 a été une année très dure pour plusieurs grosses entreprises technologiques, du coup, il y a aussi pas mal de gens qui veulent (l') oublier et foncer tête baissée vers un avenir enthousiasmant», pense Bob O'Donnell, analyste de Technalysis, qui compte notamment sur la 5G, les écrans pliables ou les améliorations de l'intelligence artificielle sans connexion internet.

Mais difficile de faire l'impasse sur la problématiques des données personnelles car le CES va fourmiller de milliers d'objets connectés, qui précisément collectent les données de l'utilisateur, par exemple pour anticiper ses goûts en matière de musique (enceintes intelligentes), ou déterminer s'il aura besoin de soins médicaux (bracelets santé...). Tout l'écosystème des objets connectés repose sur l'exploitation de ces données, et donc sur la confiance des usagers dans le fait qu'elles ne finiront pas dans la nature, une inquiétude largement justifiée par les scandales autour de Facebook, Google et autres plateformes. Leur modèle économique repose sur ces données, qui leur permettent de cibler finement la publicité.

Vers «l'ère des données»

«Où que vous alliez, le dénominateur commun, ce sera les données», a d'ailleurs souligné Steve Koenig, parlant d'une «transition vers le "Data Age" (l'ère des données), un peu comme dans le film "Matrix"», célèbre film de science-fiction sorti en 1999.

Interrogé sur les polémiques autour des données, Gary Shapiro a espéré que le secteur puisse s'autoréguler, mais, si besoin, «nous défendrons une loi» fédérale américaine posant les principes à respecter par les entreprises.

Quelques tendances

Les enceintes connectées – grosses collecteuses de données personnelles – devraient encore croître en 2019 mais ralentie, avec +7% attendus en revenus (3,2 milliards de dollars) et +5% en volume (36,6 millions d'unités), selon, la CTA, qui anticipait l'an dernier un bond de 60% des ventes par rapport à l'année précédente. (AFP/Le Matin)

Créé: 07.01.2019, 07h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.