Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 04:15

Sondage Un quart des Suisses connectés en permanence

Le smartphone a remplacé la télévision et la radio, offrant désormais «toutes les possibilités à portée de main». Et le phénomène touche toutes les tranches d'âge.

L'hyper-connectivité en Suisse touche toutes les régions linguistiques et toutes les générations.

L'hyper-connectivité en Suisse touche toutes les régions linguistiques et toutes les générations. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un quart des Suisses ne coupent jamais leur consommation de médias, selon un sondage. La tendance est la même dans toutes les régions linguistiques du pays et pour toutes les générations.

Les jeunes ne sont pas les seuls à être sollicités en permanence: plus d'un tiers (36%) des «hyper-connectés» ont plus de 56 ans, soit autant que les 18-35 ans et les 36-55 ans, selon un sondage de Comparis mené en janvier auprès de 1049 personnes en Suisse et diffusé mercredi, journée mondiale sans Facebook.

Des sources de films, d'audio, de nouvelles ou encore les réseaux sociaux sont aujourd'hui disponibles partout et à toute heure, relève le communiqué. Le smartphone a remplacé la télévision et la radio, offrant désormais «toutes les possibilités à portée de main», estime Jean-Claude Frick, expert numérique chez Comparis.

Une personne interrogée sur dix (11%) dit regarder des émissions télévisées sur son téléphone. Ce taux grimpe à 22% chez les 18-35 ans. Dix-huit pourcents des sondés utilisent aussi leur smartphone pour écouter la radio, et même 29% des 18-35 ans.

Sevrage

Sans compter que «celui qui consomme des médias sur son téléphone jette aussi souvent un oeil rapide sur Facebook, Twitter ou WhatsApp, relève ses courriels et consulte les résultats sportifs», relève Jean-Claude Frick.

Les notifications d'amis et les contacts via les réseaux sociaux poussent aussi à regarder régulièrement son téléphone. Même si 31% des sondés font une pause au moins une fois par jour dans leur consommation médiatique et que 30% déclarent se déconnecter volontairement, ils ressentent toutefois ces «temps mort» comme insuffisants et aimeraient bien en avoir davantage.

Pour Jean-Claude Frick, «les notifications push sont les spams de la génération 'smartphone'». Pour les éviter, il conseille de les désactiver, «un premier pas vers un sevrage du smartphone.» (ats/nxp)

Créé: 28.02.2018, 07h22

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.