Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:03

Bourse Apple tourne le dos à une année difficile

Le géant informatique termine 2012 chahuté en bourse. Cette fébrilité trahit l’avenir pessimiste que lui réservent les analystes, entre manque d'innovation et croissance ralentie.

A première vue, tout va bien pour Apple et son boss Tim Cook. Mais côté croissance et innovation, ça flanche.

A première vue, tout va bien pour Apple et son boss Tim Cook. Mais côté croissance et innovation, ça flanche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Apple devrait terminer l’année avec un bénéfice de 42 milliards de dollars. Pourtant, la firme à la pomme aura subi 2012 plutôt qu’elle ne l’aura vécu sereinement. Lundi, l’action descendait en dessous des 500 dollars, trahissant la fébrilité du géant informatique, analyse mardi le Huffington Post. Le 19 septembre, juste avant le lancement de l’iPhone 5, elle culminait à 702 dollars, son record.

A première vue, tout va bien pour Apple. Numéro 1 sur le marché des tablettes (50,4%), la société totalise 17% du marché des smartphones et vend ses ordinateurs Mac comme jamais. C’est du côté de la croissance que ça flanche.

Malgré le lancement de l’iPad mini, les ventes de tablettes Apple ont reculé de 9,3% cette année, alors qu’elle progressait de 11,9% chez Samsung et de 9% chez Amazon. Dans le secteur du téléphone mobile, la firme de Cupertino totalise 6,1 des ventes dans le monde, contre 18,7% pour Nokia (!) et 23,7% pour Samsung. Durant le 3e trimestre, la firme coréenne a écoulé 105 millions d’appareils alors que son rival californien en vendait 27 millions d’iPhone.

Un rebond en Chine?

Le pessimisme des analystes ne pousse pas à un sursaut de l’action. Selon Citigroup, les ventes d’iPhone 5 sont insuffisantes pour créer un électrochoc. Et le cabinet T.H. Capital table sur un intérêt moindre des consommateurs chinois pour le dernier smartphone Apple en raison notamment de son prix élevé.

Dans cette atmosphère morose, le géant informatique a annoncé dimanche avoir vendu plus de 2 millions d’iPhone 5 en Chine lors du week-end de lancement. La perspective d’un accord avec China Moblie, et ses 700 millions d’utilisateurs potentiels, pour des appareils subventionnés pourrait aussi faire du bien à l’action d’Apple.

Suprême désaveu

Chahutée en bourse, la firme à la pomme n’est pas près de mordre la poussière. Sa chute toute relative est loin des effondrements de Nokia ou RIM, qui ont perdu 87% et 90% de leur valeur en bourse ces 5 dernières années.

De plus, Apple est assis sur un trésor de guerre gigantesque, estimé à 121 milliards de dollars. Reste que le géant informatique avait habitué les consommateurs à davantage d’innovation dans ses nouveaux produits. Et la tendance aux «évolutions» plutôt qu’aux «révolutions» pourrait bien durer. Les dépenses en recherche et développement ont plus que triplé chaque année depuis 2010, elles restent trois fois moins élevées que chez Samsung ou Microsoft.

L’écart est assez grand pour inquiéter Steve Wozniak, cofondateur mythique d’Apple aux côtés de Steve Jobs. Il a déclaré en novembre lors de la conférence TEDx de Bruxelles que Microsoft, le rival historique, innovait davantage que le fabricant de l’iPhone et de l’iPad. Suprême désaveu. Dans ce contexte, les rumeurs autour des futurs produits imaginés à Cupertino, comme par exemple le téléviseur iTV, ont encore de beaux jours devant elles. (SK/nxp)

Créé: 18.12.2012, 15h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.