Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:53

Etats-Unis Armes 3D: Facebook interdit le partage de plans

Le réseau social ne veut pas partager sur son réseau les informations permettant de confectionner des armes à feu imprimées en 3D.

La question de la fabrication d'armes sur des imprimantes en 3D suscite beaucoup d'intérêt actuellement aux Etats-Unis.

La question de la fabrication d'armes sur des imprimantes en 3D suscite beaucoup d'intérêt actuellement aux Etats-Unis. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a annoncé jeudi qu'il allait interdire la diffusion sur son réseau d'informations permettant de confectionner des armes à feu imprimées en 3D, qui selon lui violent ses règles d'utilisation.

«Partager des instructions sur la fabrication de pistolets grâce à des imprimantes 3D ou à des fraiseuses n'est pas autorisé par les règles de notre communauté» a indiqué un porte parole de Facebook à l'AFP.

«En accord avec nos politiques, nous retirons ce contenu de Facebook», a t-il ajouté. Le réseau social a précisé qu'il était en train de recenser les liens vers des pages contenant des indications sur la construction d'armes imprimées en 3D, en vue de les supprimer. Selon les règles de Facebook, les biens réglementés comme les armes à feu ne peuvent être vendus légalement ou échangés sur son réseau que par des vendeurs agréés.

La question de la fabrication d'armes sur des imprimantes en 3D suscite beaucoup d'intérêt actuellement aux Etats-Unis, dans le contexte d'un bras de fer judiciaire autour du Texan Cody Wilson, à la tête du groupe Defense Distributed.

Ce dernier a publié fin juin sur internet le mode d'emploi pour la construction d'armes à feu en plastique avec une imprimante 3D. Un tribunal fédéral lui a ordonné fin juillet d'arrêter, après des poursuites lancées par huit États et la capitale Washington, arguant du fait que n'importe qui pourrait fabriquer ces armes intraçables.

Si le site de Cody Wilson est aujourd'hui fermé, le mode d'emploi pour fabriquer le «Liberator», arme en plastique indétectable par les portiques de sécurité, a pu être téléchargé plusieurs milliers de fois. L'impact de cette mise en ligne est mondial puisque n'importe qui, à l'exception des pays où internet est censuré, a pu y accéder.

Une nouvelle audience est prévue le 10 août devant le juge à l'origine de l'injonction. Cody Wilson a lancé un appel aux dons pour couvrir ses frais de justice. (ats/nxp)

Créé: 10.08.2018, 15h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.