Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 14:22

Un cerveau connecté testé dès l'an prochain

L'entrepreneur Elon Musk a annoncé mardi que des premiers essais de cerveau connecté à des ordinateurs allaient commencer en 2020.

L'entrepreneur Elon Musk, après les voitures et l'espace, s'attaque au cerveau humain.

L'entrepreneur Elon Musk, après les voitures et l'espace, s'attaque au cerveau humain. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La startup Neuralink qui développe une interface reliant le cerveau aux ordinateurs devrait réaliser ses premiers tests sur des individus dès l'an prochain, a annoncé son patron Elon Musk mardi soir à San Francisco.

«Nous pouvons réaliser une interface cerveau-machine complète», s'est félicité Elon Musk, lors d'une manifestation high-tech à San Francisco où le milliardaire et les membres de l'équipe de Neuralink ont présenté un état de leurs recherches. Le projet peut «réaliser une sorte de symbiose avec l'intelligence artificielle», assure-t-il.

Minuscule capteur

L'entrepreneur futuriste (Tesla, SpaceX) soutient que ce qu'il nomme «dentelle neuronale», union entre le cerveau et les ordinateurs, est un contrefeu vital face à l'intelligence artificielle qui, selon lui, fait courir le risque aux humains de n'être un jour plus que des «chats domestiques».

Neuralink a dévoilé une première version d'un minuscule capteur destiné à être implanté dans le cerveau grâce à une infime incision pratiquée par un robot conçu pour cette tâche de haute précision. «Ce sont de minuscules électrodes que le robot implante délicatement», a expliqué Elon Musk, ajoutant que des milliers d'électrodes pourraient à l'avenir être connectées au cerveau.

Technologie étendue

Pour l'instant, l'objectif est de laisser l'individu doté d'implants contrôler un smartphone par la pensée, mais la technologie pourrait éventuellement s'étendre à d'autres dispositifs tels que des outils de robotique. «Cela a un énorme potentiel», estime Elon Musk, «nous espérons pouvoir l'implanter sur un humain avant la fin de l'année prochaine.»

Selon un neurochirurgien de Neuralink, l'une des premières applications de cette technologie vise le traitement de maladies neurologiques. Mais l'objectif à long terme est de rendre les implants si sûrs, fiables et simples qu'ils pourraient entrer dans le champ de la chirurgie élective (de confort) pour des individus qui rêvent de doter leur cerveau d'une puissance informatique. (ats/nxp)

Créé: 17.07.2019, 12h34

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.