Mercredi 8 juillet 2020 | Dernière mise à jour 12:35

En test Un concentré high-tech pour un prix fort de café

Nouveau bébé de la marque suisse Jura, La Giga 6 est un régal de connectivité, permettant de peaufiner son petit noir dans une infinie variété... Mais loin d'être à la portée du commun des mortels

Le modèle haut de gamme des machines à café Jura n'a pas peur des mots. Giga 6 est son nom. On l'a testée.

Le modèle haut de gamme des machines à café Jura n'a pas peur des mots. Giga 6 est son nom. On l'a testée. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Habituellement peu traitées dans les colonnes high-techs, les machines à café se mettent pourtant elles aussi à l’heure du 2.0. Pas toujours avec une pléthore de fonctions connectées, il est vrai, mais lorsqu’une marque aussi emblématique que Jura s’y colle, on y prête forcément une oreille attentive. D’autant plus qu’avec la Giga 6, la célèbre marque soleuroise propose un appareil haut de gamme très orienté techno. Qui a d’ailleurs son coût: CHF 3650.-

Première constatation: posé dans notre modeste cuisine, l’appareil en impose. Avec ses dimensions XXL (32cm de large, 41,5 de haut et 48 de profondeur) et sa façade en aluminium massif, on ne voit qu’elle. Ce qui n’est d’ailleurs pas pour déplaire, l’engin étant doté d’un design plutôt élégant, à la fois épuré et contemporain.

Au sommet de la façade, un écran tactile de 4,3 pouces permet de contrôler entièrement la machine. Terminal auquel les allergiques à ce type de navigation pourront associer une couronne rotative et un bouton pression, situés juste au-dessus, sur la face supérieure. C’est aussi là qu’on trouvera deux bacs à grains permettant de jongler entre deux variétés de café: un grain intense et corsé dans la pure tradition italienne face à un simple déca, ou un autre aux notes florales et fruitées… À vous de voir. Étanches, afin de garder longtemps l’arôme des grains intact, d’une capacité confortable de 280g chacun, les bacs alimentent deux broyeurs, deux circuits de chauffage de l’eau et deux pompes, de manière à pouvoir tirer deux cafés – identiques – en même temps. De plus, une trappe pour café moulu permettra de varier encore un peu plus les plaisirs. Attention, toutefois, à ne pas y verser une mouture trop fine. Lors de nos premiers essais, la machine ne reconnaissait pas l’introduction du café. Mais en demandant à notre cafetier une mouture un poil plus grossière, tout s’est arrangé.

Un choix exhaustif de 28 spécialités!

Au menu de l’écran tactile? 28 spécialités différentes! Un choix impressionnant où l’on retrouvera aussi bien les classiques expresso, capuccino et latte macchiato que des breuvages plus pointus comme le Flat White, le cortado ou le lungo barista. Et pas de panique si vous craignez vous perdre dans cette profusion de caouas pour retrouver vos favoris, la Giga 6 est dotée d’un algorithme d’auto apprentissage capable d’identifier les préférences personnelles de chacun et d’adapter ainsi l’écran de démarrage en conséquence. Les choix les plus fréquents en matière de spécialités se retrouveront ainsi toujours en tête de liste.

La machine est livrée avec une programmation de base pour chacune des boissons mais il est bien entendu possible de les modifier dans leurs moindres détails. D’un clic de deux secondes sur l’icône voulue, on accède aux paramètres de celle-ci. Glisser le doigt de haut en bas de l’écran permet de passer d’un élément à l’autre: force de l’arôme; choix du grain entre le broyeur de droite et celui de gauche, soit individuellement, soit en les mélangeant par incrément de 25%; température du café, du lait l’accompagnant éventuellement, mais aussi de la mousse de lait; leur quantité à chacun… D’un glissement du doigt vers la droite ou vers la gauche, on ajuste températures, pourcentages et quantités à son goût… Il faut avouer que c’est un vrai petit bonheur d’améliorer ainsi peu à peu son petit noir, de le peaufiner à sa guise. D’autant plus que la possibilité de mélanger les grains de café permet une infinité de variantes, que l’on pourra ensuite nommer à sa guise puisque chaque spécialité peut être copiée pour en modifier subtilement les réglages, permettant ainsi d’avoir par exemple un expresso au nom de Madame et un autre à celui de Monsieur.

Le lait dans tous ses états

Après, on doit avouer que la machine tire toute sa force dans les préparations lactées. La mousse est en effet impeccable: fine, compacte et onctueuse. Notre préférence va au capuccino: une vraie tuerie. Mais le latte macchiato est également un régal, tout comme le cortado, petite nouveauté de la gamme… Seul problème, la carafe à lait n’est pas fournie et il faudra donc repasser à la caisse pour un émulsionneur de lait (CHF 95.-) ou – mieux – le Cool Control (CHF 190.-), un réservoir à lait permettant de garder celui-ci à une température de 4°C.

Pendant la préparation du breuvage, l’écran tactile TFT (affichage à cristaux liquides) indique la progression de celle-ci et l’on peut à tout moment modifier les quantités – changer la proportion d’eau et rajouter un peu de mousse de lait – ou interrompre le processus. Par contre, on doit noter une réactivité de l’écran pas toujours optimum. Il faut en effet parfois s’y reprendre à deux fois pour que la commande soit prise en charge. Il arrive même qu’en appuyant un peu trop sur les extrémités d’une touche (notamment lors des réglages préliminaires de l’appareil), ce soit finalement celle se trouvant directement à proximité qui est prise en compte. Rien de bien méchant mais pour une machine à ce prix, c’est décevant.

Une application qui épate la galerie

Après, qui dit connecté, dit forcément application dédiée. Et la Giga 6 n’y coupe pas avec J.O.E. (pour Jura Operating Experience), un logiciel (IOS et Android) permettant exactement les mêmes réglages que l’écran tactile. Et même plus puisqu’on pourra par exemple y changer l’illustration des différentes spécialités pour la remplacer par une image de notre crû. Mais la fonction qui nous a permis d’épater la galerie, c’est la prise de commande. Imaginez: vous recevez des amis à diner, et lorsque l’heure des cafés arrive, il suffit d’attraper son smartphone, de cliquer sur l’onglet «commandes» de l’application et de demander à chacun de choisir son petit noir parmi les 26 possibilités, chacun pouvant bien sûr y apporter ses propres réglages. L’application les enregistre et une fois arrivé à la cuisine, l’hôte n’a plus qu’à lancer d’un clic la préparation des boissons une par une. Magique.

Quant aux adeptes de commandes vocales, ils auront aussi la possibilité d’ajouter le café de leur choix à Siri. Il est même possible de passer commande à la machine depuis son Apple Watch, le dernier produit commandé s’affichant toujours en priorité.

Un mot sur l’entretien, enfin: d’un clic sur le bouton pression au sommet de l’appareil, on accède aux notifications. C’est là qu’on retrouvera toutes les recommandations en matière de nettoyage. Que celui-ci se limite à la chaîne de lait seule, à la machine dans sa globalité ou au changement de filtre, le consommateur est systématiquement guidé pas à pas grâce à des illustrations claires et pertinentes. Pratique.

La température du café: le nœud du problème

Pour terminer, si l’on met de côté quelques secondes l’aspect connecté, le souci avec ce type de machines, reste le fait que les cafés délivrés sont rarement brûlants, juste chauds en réalité. Nous avions déjà constaté le problème chez d’autres fabricants, et ce souci n’est donc pas spécifique à la Giga 6, mais il n’en reste pas moins que sous peine de boire son café tiède, il faudra avaler ce dernier de préférence assez vite. Ceux qui aiment le siroter en lisant leur journal risquent donc d’en être pour leur frais. A moins de faire l’acquisition d’un autre accessoire Jura: un chauffe-tasses (CHF 250.-) permettant de maintenir ses mugs préférés à 55°C, et conserver ainsi la chaleur de son breuvage un peu plus longtemps. Mais à ce rythme, la facture commence à être salée. Sans compter que notre bilan carbone risque d’exploser, avec un nouvel appareil nécessitant d’être branché en permanence sur le secteur.

En dehors de ça, Jura réussit à peu près parfaitement son passage à l’ère 2.0. Et la Giga 6 réserve encore bien des surprises aux amateurs de bons caouas, ne serait-ce que dans la façon de préparer les différentes spécialités.

Cela aurait été l’objet d’un autre article…

Christophe Pinol

Créé: 15.03.2020, 12h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.