Jeudi 21 mars 2019 | Dernière mise à jour 05:04

Wifi Devolo Magic en test: moins passe-muraille qu'espéré

Le fabricant de solutions de transmission de l'internet par le réseau électrique à domicile lance une nouvelle génération d'appareil. Notre test.

Dans cette illustration, on distingue à droite de l'écran un bloc «Devolo Magic» enchassé dans une prise de courant.

Dans cette illustration, on distingue à droite de l'écran un bloc «Devolo Magic» enchassé dans une prise de courant. Image: Devolo

Les prix

Les packs Devolo Magic sont disponibles dans les commerces spécialisés.

Devolo Magic 2 (2400 Mbps)
- 369 francs avec un bloc «mère» et deux blocs «filles».
- 224 francs avec un bloc «mère» et un seul bloc «fille».

Devolo Magic 1 (1200 Mbps):
- 263 francs avec un bloc «mère» et deux blocs «filles».
- 184 francs avec un bloc «mère» et un seul bloc «fille».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

S'il est bien un secteur dans lequel l'entreprise Devolo c'est fait un nom et une réputation, c'est bien dans celui du CPL, soit le Courant Porteur en Ligne. Il s'agit d'une technologie qui permet l'utilisation du réseau électrique pour la transmission de données numériques. Pour les particuliers, elle offre une alternative lorsque la transmission de l'internet par wifi est bloquée par des cloisons trop épaisses ou composées de matériaux qui font obstacle. Ce dernier est levé en branchant divers relais sur une prise de courant.

Nouvelle génération

En novembre 2018, les constructeur allemand a introduit sur le marché européen une tout nouvelle génération de prises murales modestement baptisée «Devolo Magic». Cette solution, qu'il nous a été donnée de tester, fait table rase avec le passé et utilise les toutes dernières technologies d'optimisation du signal via les fils électriques mais aussi par les airs. Concrètement, un smartphone saura par exemple immédiatement s'abreuver au relais le plus proche et passer à la volée de l'un un autres si nécessaire (Mesch) avec des performances constantes quelque soit sa distance du point d'accès d'origine et sans détérioration avec chaque nouveau relais ajouté. Il saura aussi utiliser un canal libre plutôt qu'un déjà monopolisé par un autre appareil. Côté vitesse de transmission, les blocs Devolo Magic 2 promet un débit maximum de 2400 Mégabits par seconde (Mbps) via les fils électriques ou de 1200 Mbps avec les moins onéreux blocs Devolo Magic 1.

Deux blocs «Devolo Magic 2». Préservent la possibilité de brancher un autre appareil électrique.

Dans tous les cas, ces vitesses théoriques sont largement suffisantes pour les applications les plus gourmandes, visionner sur Netlflix un film en haute définition et aussi en Ultra haute définition (UHD) pour plusieurs personnes dans un même ménage. Tout dépend ensuite de la vitesse d'accès proposée par votre fournisseur: le 50 Mbps maximum d'un abonnement ADSL ne sera ainsi pas multiplié 20 ou 40 par miracle. Mais avec sa solution, Devolo promet au moins une tuyauterie adaptée aux vitesses futures dont certains chanceux bénéficient déjà (via la fibre optique par exemple).

Place au test

Le test, nous avons choisi de les faire dans un domicile relié au réseau du câblo-opérateur UPC dont l'abonnement promet des vitesse d'accès maximales à 500 Mbps descendant et à 50 Mbps montant. Nous avons installé un pack Devolo magic 2 composé d'une prise «mère» et de deux prise «filles». Nous avons installé le bloc «mère» dans une prise du grenier et l'avons relié au routeur wifi fourni par l'opérateur via un câble RJ45. Une fois les blocs «filles» configurés, nous les avons placés dans des endroits stratégiques de la maison, un par étage. Le bloc «mère» injecte le flux internet dans le réseau électrique du domicile. Le bloc «fille» le récupère et le distribue autant par prise RJ45 (il y en a deux) que par wifi.

Souple et facile

Premier constat, en matière de simplicité d'installation, Devolo tient sa promesse. Tout configurer ne nous a pris que quelques minutes. L'appairage du bloc «mère» avec un des blocs «filles» s'est fait automatiquement dès que les deux modules ont été branchés. Il fallu appuyer sur deux boutons pour appairer le second bloc «fille». Nous obtenons ainsi un grenier arrosé en wifi par le routeur du fournisseur d'accès, un premier étage et un rez arrosés en wifi via des relais qui pompent les flux numériques dans les prises électriques. Une application «Devolo Home Network» pour smartphone nous a ensuite permis d'unifier complètement le réseau wifi avec reprise du nom d'accès habituel et son mot de passe. Précisons que, suivant les conseils du constructeur, nous avons veillé à ce qu'aucun autre produit de la marque de génération précédente ne soit utilisé pendant notre test, ces derniers étant incompatibles ou pouvant conduire à une diminution des performances.

Les mesures

Avec l'application «Speedtest» sur smartphone, nous avons effectué diverses mesures par wifi, un bon jour – soit quand les vitesses notre fournisseur d'accès était au plus près de celles stipulée dans l'abonnement – et dans un laps de temps le plus réduit possible afin que les mesures soient le moins faussées par d'éventuelle variations sur le réseau UPC.

De gauche à droite, débit descendant à la source, mesuré un étage plus bas puis deux étages plus bas.

A proximité du routeur wifi du fournisseur d'accès, nos mesures indiquaient entre 400 Mbps et 500 Mbps en vitesse descendante et très proche de 50 Mbps en vitesse montantes. Un étage plus bas, à proximité d'un des deux bloc filles, nous n'avons pratiquement jamais dépassé, en wifi toujours, les 50 Mbps en vitesse descendante (celle utile pour les téléchargements et la diffusion de vidéos en flux continus). En vitesse montantes, les mesures oscillaient entre 30 et 50 Mbps.

Même chose deux étages plus bas: proche des 50 Mbps en descendant et entre 30 et 50 Mbps en vitesse montante. Rappelons que la génération Magic 2, est supposée assurer un transit via les fils électriques du domicile jusqu'à 2400 Mbps. Notre fournisseur d'accès ne nous proposant qu'un maximum de 500/50 Mbps, nous attendions au moins obtenir des mesures proches de 500/50 également. Nous en avons avons obtenu dix fois moins en téléchargement, et encore dans le meilleur des cas.

Déception

A ce stade de notre test, c'est une déception qui s'impose. Précisons toutefois que même fortement en dessous de nos attente, les débits obtenus nous ont toujours permis d'utiliser à satisfaction des services tels que Netflix et Amazon Prime, à deux étages de distances du point d'accès premier, même lorsque les vidéos étaient proposée en UHD (diffusion qui ont besoins d'au moins 20 Mbps pour fonctionner sans anicroches). Même chose pour le jeu vidéo en ligne. Le tout dans une admirable stabilité. Nous sommes cependant moins confiant dans les cas ou plusieurs personnes dans le ménage se mettaient à vouloir consommer du lourd simultanément.

Trop vieux, le réseau?

Pour expliquer ce fiasco relatif, notre hypothèse est que nous avons atteint ici les limites de notre réseau électrique test, qui, il est vrai, n'est pas de première jeunesse. Il est probable qu'il en aurait été autrement dans un domicile plus «moderne», ce que nous n'avons pas pu vérifier à ce jour. Nous laissons donc à la solution Devolo le bénéfice du doute en conseillant surtout aux ménages dont les murs et plafonds font vraiment obstacle au wifi.

Un pont plus loin

Dans notre cas particulier, et grosso modo dans la même gamme de prix, c'est la création d'un pont wifi entre le grenier et le rez de chaussé (nous avions précédemment testé la solution Orbi de Netgear) qui se révèle la plus adaptée. Dans ce cas, avec du 400 - 500 Mbps à la source, nous conservons des valeurs très proches (entre 300 et 400 Mbps) deux étages plus bas. Des valeurs donc très supérieures aux 50 Mbps max obtenus en passant par les fils électriques. (Le Matin)

Créé: 19.12.2018, 18h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.