Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 14:23

Controverse Il imprime une arme en 3D et tire à balles réelles

La première arme à feu sortie d'une imprimante 3D a tiré samedi sa première cartouche. Les inventeurs du pistolet Liberator partagent ses plans sur le Net, suscitant la polémique aux Etats-Unis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Créer dans son salon un pistolet en plastique capable de tirer de vraies balles? C'est le tour de force réussi par l'association Defense Distributed, qui milite pour la fabrication d’armes en utilisant la technologie de l'impression 3D. Fière de sa réussite, elle publie en anglais et en chinois les plans de fabrication de son arme.

Dix-sept pièces en plastique sont nécessaires à l'assemblage du Liberator, un pistolet à un coup de calibre .380. Rajoutez un tout petit percuteur en métal et le tour est joué.

Pour être en conformité avec la loi américaine et rendre l'arme détectable dans les portiques de sécurité, ses inventeurs ont en outre rajouté une autre pièce de métal de trois centimètres.

Selon le magazine Forbes l’arme a explosé au second essai de son concepteur Cody Wilson, un étudiant de 25 ans de l’Université du Texas, fervent défenseur de l'accès universel aux armes.

La controverse enfle

Dans l'autre camp, les défenseurs d’une réglementation plus stricte sur les armes sont inquiets. «Cela me retourne l’estomac», s'est indigné le sénateur démocrate de New York Charles Schumer.

«Maintenant, n’importe qui, un terroriste, un malade mental, un conjoint violent peut ouvrir une fabrique d’armes dans son garage. Il faut que cela cesse», a-t-il dit.

Le représentant Steve Israel, également de New York, a proposé un projet de loi interdisant la fabrication maison des armes en plastique. «Les contrôles de sécurité, les réglementations ne serviront à rien si les criminels peuvent imprimer leurs armes en plastique à la maison», a-t-il souligné.

Une imprimante 3D comme la Replicator 2 fabriquée par la société MakerBot peut s’acheter pour 2199 dollars (2060 francs), livrable en une semaine.

Créé: 07.05.2013, 09h34

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.