Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 05:47

Réseau social Instagram masque les «likes» dans six pays

Afin de réduire le stress et la compétition, les utilisateurs ne pourront plus voir le nombre de «j’aime» que reçoivent les posts des autres.

Instagram a pris une mesure radicale pour le bien-être de ses utilisateurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Instagram, très populaire chez les jeunes, a commencé jeudi à masquer les «likes» sur sa plateforme dans six pays, dont le Japon, le Brésil et l'Italie, assurant vouloir diminuer le stress chez ses utilisateurs après des critiques sur les risques du réseau social pour la santé mentale des utilisateurs.

Les utilisateurs d'Instagram, propriété du géant américain Facebook, ne pourront plus voir combien de «j'aime» reçoivent les posts des autres dans six pays au total (Australie, Italie, Irlande, Japon, Brésil, Nouvelle-Zélande). Ils pourront toujours voir le nombre de «likes» sur leurs propres posts mais en cliquant sur une page différente.

Une expérience

Un premier test avait été effectué en mai au Canada. Aucune date n'est précisée pour la fin de ce qui est présenté comme une expérience. Les outils de mesure des entreprises utilisant la plateforme pour promouvoir leurs produits ne seront pas affectés par cette nouvelle procédure, ajoute Instagram qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde.

«Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de j'aime qu'ils recueillent», a déclaré un porte-parole d'Instagram. «Nous ne voulons pas qu'Instagram donne l'impression d'être dans une compétition».

«Nous voulons qu'Instagram soit un lieu où les gens se sentent à l'aise pour s'exprimer», a insisté dans un communiqué une responsable de Facebook pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande, Mia Garlick. «Nous espérons que ce test fera baisser la pression à propos du nombre de j'aime qu'un post va recevoir afin que vous puissiez vous consacrer au partage de ce que vous aimez».

Dangereux pour la santé mentale

L'impact des réseaux sociaux sur leurs utilisateurs fait l'objet d'études critiques. L'une, menée par la Royal Society for Public Health en 2017, a classé Instagram comme le pire réseau pour la santé mentale des jeunes au Royaume-Uni. Une autre, conduite en 2018 aux Etats-Unis par le Pew Research Center, a montré que 72% des adolescents du pays utilisaient Instagram et que près de 40% d'entre eux se sentaient obligés de ne partager que les contenus ayant rassemblé beaucoup de «likes» ou de commentaires.

Il y a une semaine, Instagram a annoncé la généralisation de nouveaux outils de lutte contre le harcèlement en ligne, utilisant notamment un logiciel d'intelligence artificielle générant un avertissement adressé aux personnes souhaitant publier des remarques injurieuses.

En février, Instagram avait décidé d'interdire les photos montrant des blessures infligées à soi-même pour aider à lutter contre l'automutilation et le suicide. Cette décision était intervenue après que le père d'une jeune Britannique, Molly Russell, qui s'était suicidée en 2017 à l'âge de 14 ans, avait accusé Instagram d'avoir une responsabilité dans ce drame. Elle avait selon son père consulté beaucoup de contenus liés au suicide. (ats/nxp)

Créé: 18.07.2019, 13h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.