Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 01:50

CES 2019 L'intelligence artificielle au service de la traduction

Plusieurs entreprises promeuvent leurs appareils qui permettent de dialoguer dans différentes langues via un petit gadget qui tient dans la main ou des écouteurs sans fil qui se glissent dans l'oreille.

Les écouteurs «Pilot»: via l'application du smartphone, le système écoute la voix, l'envoie dans le «cloud», transcrit, traduit et la synthétise vocalement. Il faut encore compter quelques petites secondes de décalage lors d'un dialogue.

Les écouteurs «Pilot»: via l'application du smartphone, le système écoute la voix, l'envoie dans le «cloud», transcrit, traduit et la synthétise vocalement. Il faut encore compter quelques petites secondes de décalage lors d'un dialogue. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La science-fiction l'a imaginée depuis des décennies: la traduction en temps réel dans le creux de l'oreille est désormais possible grâce aux dernières avancées de l'intelligence artificielle, qui permet de dialoguer aisément sans la barrière de la langue. Au CES de Las Vegas, plusieurs entreprises promeuvent leurs appareils, de plus en plus perfectionnés, qui permettent de dialoguer dans différentes langues via un petit gadget qui tient dans la main ou des écouteurs sans fil qui se glissent dans l'oreille.

Les écouteurs «Pilot» – rouges, blancs ou noirs laqués au design soigné – de Waverly Labs traduisent en 15 langues et coûtent de 180 à 250 dollars. Si les deux interlocuteurs sont équipés, il est possible de dialoguer directement.

Traduits avec justesse

Au cours d'une brève démonstration à Las Vegas, une journaliste de l'AFP parlant en français a vu ses propos traduits avec justesse dans l'écouteur d'Andrew Ochoa, patron de Waverly Labs, société créée en 2014 à New York.

Sur le smartphone de M. Ochoa, l'application a également retranscrit le texte par écrit, en cas de besoin.

Quelques secondes de décalage

L'écouteur, via l'application du smartphone, «écoute la voix, l'envoie dans le «cloud» (l'informatique dématérialisée, où se trouve le cerveau du système, NDLR), transcrit, traduit et la synthétise» vocalement, explique M. Ochoa.

Du coup, il faut compter quelques petites secondes de décalage le temps de la traduction. «C'est de la traduction "consécutive" (et non exactement simultanée), poursuit-il.

Accomplissements récents

Les appareils et logiciels de traduction et interprétation par synthèse vocale arrivent depuis peu sur le marché car la technologie n'est au point que depuis moins de deux ans.

«Nous appliquons les dernières fonctionnalités de l'intelligence artificielle, comme l'apprentissage des machines ou le +neural network+ (système informatique inspiré des connections du cerveau humain, NDLR) aux modèles de traduction», dit-il encore, citant aussi les énormes progrès de la reconnaissance vocale.

Intérêt hôtelier

Désormais, «ces technologies sont suffisamment mûres pour rendre cela possible», se félicite Andrew Ochoa, qui dit avoir vendu 35 000 paires d'écouteurs en moins d'un an, notamment à des hôtels, qui ont à l'évidence besoin de pouvoir communiquer dans de nombreuses langues avec leurs clients.

Moins discrètes, les oreillettes WT2 du Chinois TimeKettle fonctionnent de façon similaire et sont aussi présentées cette semaine au CES.

Avec ou sans smartphone

Pas besoin de smartphone en revanche pour utiliser Pocketalk, du japonais Sourcenext, qui mise fort sur les Jeux olympiques de Tokyo en 2020, car «beaucoup de Japonais ne parlent que japonais», explique Richard Gallagher, chargé de communication. Selon lui, le petit appareil, qui ressemble à un téléphone mobile ancienne génération, peut traduire 74 langues pour 299 dollars.

«Grâce à l'apprentissage des machines, il vous comprend de mieux en mieux au fur et à mesure que l'on s'en sert» et «s'adapte à la prononciation» de l'utilisateur, poursuit-il, démonstration à l'appui.

«C'est une super façon d'interagir avec l'intelligence artificielle», souligne-t-il, affirmant que 200 000 exemplaires se sont déjà écoulés.

Là encore, ce sont les hôteliers qui se sont montrés très intéressés, mais aussi les commerçants, des chauffeurs de taxis...

Le chinois iFlytex, poids-lourd de l'intelligence artificielle et de la reconnaissance vocale en Asie, présente aussi au CES son Translator 2.0, qui traduit le chinois en une trentaine de langues et inversement. Le dernier modèle coûte aux alentours de 400 dollars.

Le néerlandais Travis, qui assure gérer désormais une centaine de langues, dit avoir déjà vendu 120 000 exemplaires de son traducteur de poche. Il coûte 200 à 250 dollars.

Que fait Google?

Le puissant Google, très présent dans la traduction avec son célèbre logiciel écrit Translate, avait ouvert le bal en 2017 en lançant ses «Pixel Buds», des écouteurs traducteurs par synthèse vocale.

Au CES, le géant américain a présenté mardi une nouvelle fonctionnalité de traduction via son assistant vocal virtuel présent dans de nombreux produits, smartphones ou enceintes connectées, qui peuvent désormais eux aussi écouter une langue et la traduire oralement dans une autre.

Prochaine étape, explique Andrew Ochoa, de Waverly Labs, la traduction vraiment simultanée, que la technologie ne permet pas encore. (afp/Le Matin)

Créé: 09.01.2019, 07h33


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.