Lundi 25 mars 2019 | Dernière mise à jour 15:32

Jeu vidéo «Splatoon 2» un retour sans surprise

Repartons à la conquête de territoire en ligne à grands coups de peintures. Mais sur Nintendo Switch cette fois.

«Splatoon 2», la bande-annonce de lancement.
Vidéo: dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sorti originellement sur Wii U, «Splatoon» était une prise de risque pour Nintendo. C'était une nouvelle licence et un jeu essentiellement orienté vers le multijoueur en ligne. Il connu néanmoins un succès suffisant sur une plateforme qui pourtant eut toutes les peines du monde à s'imposer.

Conçu pour alimenter le catalogue de la Nintendo Switch, console qui, elle, semble mieux partie, «Splatoon 2» joue la carte de la sécurité. Il s'agit du même jeu avec peu de nouveautés, toujours conçu avant tout pour le multijoueur. Parfaitement optimisé (il tourne en 60 images par secondes constantes) , il est légèrement plus joli que son prédécesseur. Son atout? Celui d'être un jeu de conquête du territoire en équipe, ce dernier devant être aspergés par des litres et des litres de peintures (les développeurs parlent d'encre) expulsées par les armes de créatures fantaisistes dans un temps imparti. C'est joli, c'est coloré, on ne tue pas vraiment son prochain mais on le fait disparaître à grands coups de splash et de sploutch. En ce domaine, on ne voit guère que «Plants vs Zombies», chez Electronic Arts, dans la catégorie compétitifs mais tout public.

On a eu un temps l'espoir que «Splatoon 2» soit accompagné d'un mode solo plus développé. Il faut déchanter, on en reste au camp d'entraînement pour débutants. On espérait aussi que deux à quatre joueurs puissent s'affronter avec une seule console en écran divisé, mais ce mode n'a pas été introduit au grand dam des amateurs de jeux en famille. Pour pratiquer le mode local, il faut que chacun amène sa Switch. Cette dernière a beau être extrêmement portable, cela fait tout de même une méchante infrastructure à construire. Puisque c'est en ligne que Splatoon 2 prend toute sa saveur, la dernière chose qui diminue son attractivité est l'absence de possibilité de communiquer avec des écouteurs et un micro branché sur la manette comme cela est courant sur Xbox et PlayStation. Pour introduire cette fonctionnalité essentielle, Nintendo a préféré confier toute la gestion des communications audio à une application pour smartphone «Nintendo Switch Online».

Autrement dit, juste pour causer avec ses amis, il faut une Switch, une manette, un smartphone branché sur le secteur (car, en jeu, il ne peut passer en mode veille sous peine de déconnexion et la charge fond comme neige au soleil), un écouteur avec micro, synchroniser tout cela en posant cierge et prier pour qu'un coup de téléphone ou un message texte ne vienne pas tout interrompre. Tout cela est d'une telle lourdeur qu'on voit mal cette solution être massivement adoptée. De plus, si ce type d'option devait rester aussi compliqué à mettre en place, comment ne pas renâcler lorsque le service de jeu en ligne de Nintendo deviendra payant?

«Splatoon 2» n'en reste pas moins un jeu multi original, bon enfant et aux mécaniques parfaitement huilées. (Le Matin)

Créé: 25.07.2017, 14h31

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés High-tech