Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 12:27

Jeu vidéo Ori, un héros doux dans une forêt dure

Ne vous fiez pas à sa joliesse, «Ori and the Blind Forest» est un jeu qui donnera du fil à retordre. Dans le bon sens du terme.

La bande-annonce du jeu.
Vidéo: DR

Ori and the Blind Forest

Ed. Moon Studios.
Disponible en téléchargement sur Xbox One.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D'abord on se laisse subjuguer par sa beauté mélancolique. Ensuite les choses sérieuses commencent. Exclusivité Xbox One créé par Moon Studios, «Ori and the Blind Forest» commence par susciter quelque chose d'encore très rare dans le jeu vidéo: une émotion profonde, comme ont su le faire par le passé certains films d'animation japonais des studios Ghibli («Le voyage de Chihiro», par exemple) ou le jeu «Ico».

Un arbre séculaire au milieu d'une immense forêt séculaire laisse échapper une entité fragile, très vite adopté par un sorte de gros nounours solitaire. Mais lorsque la nature perd sa vigueur, comme sous l'emprise d'une malédiction, la petite chose blanche doit se lancer quasi seule dans une quête jalonnée de périls et prendre petit à petit des forces et des pouvoirs pour se jouer des obstacles de difficulté croissante.

Hommage à Metroid

Une fois les mécaniques ludiques progressivement enseignées, «Ori and the Blind Forest» se révèle sous un jour qui enchantera ceux qui ont aimé les grands classiques de la maison Nintendo, dont certains épisodes de Metroid et de Zelda, et ceux qui attendent du jeu vidéo qu'on ne leur mâche pas tout le travail. Ceux dont le doigté incertain conduit à préférer des expériences plus contemplatives risquent de se sentir frustrés.

Allers et retours

Car ce divertissement superbement animé en vue latérale laisse une grande part à la découverte de zones d'abord inaccessibles vers lesquelles il s'agira de revenir une fois certaines capacités débloquées. De plus, surmonter les obstacles requiert un bon sens du rythme et de la coordination. «Ori» n'est pas d'une difficulté insurmontable mais il faudra accepter de remettre plusieurs fois l'ouvrage sur le métier avant de parvenir à passer les ses portions les plus ardues, truffées de pièges et créatures belliqueuses. La bonne nouvelle est que la difficulté n'est pas accentuée par des lacunes techniques.

C'est en cela que «Ori and the Blind Forest» est un jeu à l'ancienne, ses charmes se méritent.

Créé: 12.03.2015, 16h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.