Lundi 30 mars 2020 | Dernière mise à jour 14:12

Salon E3 Avec «Watch Dogs», mettez-vous dans la peau de Snowden

Un jeu vidéo dont les personnages contrôlent le monde en piratant ses réseaux fait beaucoup parler de lui au salon E3 à Los Angeles. Le parallèle avec l'affaire Edward Snowden est troublant.

Une image provenant du jeu vidéo «Watch Dogs».

Une image provenant du jeu vidéo «Watch Dogs». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En général, l'éventail des armes utilisées dans les jeux vidéo va du fusil à l'épée, en passant par les super-pouvoirs, avec pour objectif de combattre un ennemi, surmonter des obstacles ou simplement accumuler des points. Mais dans «Watch Dogs», le personnage principal a la faculté de pirater tout ce qu'il veut: conversations téléphoniques, dossiers médicaux ou ordinateurs chargés de programmer les feux de circulation.

Un type de piratage qui n'est pas sans rappeler les récentes révélations de l'ex-consultant Edward Snowden sur le programme d'espionnage de l'internet par le renseignement américain. «Nous savions que nous travaillions sur un sujet d'actualité», déclare le développeur du jeu, le Canadien Dominic Guay, tout en se remémorant son arrivée à l'hôtel quelques jours avant l'ouverture de l'E3. «J'ai mis CNN et la première phrase que j'ai entendue était «violation de la vie privée». J'ai changé de chaîne, et sur Fox ils parlaient de surveillance. J'ai dit à notre directeur créatif: Ce sont nos mots-clés», dit-il.

Ubisoft, le groupe français derrière les titres à succès «Assassin's Creed» et «Prince of Persia», avait présenté une première version de «Watch Dogs» en 2012, avant de la peaufiner pour son lancement à l'E3 en début de semaine.

Esprit de revanche

Situé à Chicago, le jeu suit Aiden Pearce, qui utilise son téléphone portable pour entrer dans le système opérationnel de la ville, qui contrôle l'électricité, les comptes bancaires ou les réseaux de télécommunications.

Dominicic Guay affirme que la technologie permet désormais de concevoir un monde assez proche de celui décrit par George Orwell dans son livre d'anticipation «1984», où Big Brother surveille et contrôle tout. «Heureusement, la plupart d'entre nous vivent dans des démocraties qui n'ont pas choisi cette voie. Mais c'est effrayant de penser qu'un gouvernement aussi brutal et néfaste que celui décrit dans +1984+ dispose théoriquement des armes pour reproduire ce système», dit-il.

Dans «Watch Dogs», le héros est d'abord motivé par l'esprit de revanche, mais à mesure qu'il découvre davantage de faces cachées de la ville, en piratant ses habitants et ses systèmes informatiques, il devient un «vigile», selon Dominic Guay. «La plupart des piratages que nous montrons dans le jeu sont basés sur des choses qui sont vraiment arrivées. Nous les avons juste mises dans les mains d'un seul homme», déclare-t-il.

Commercialisé en novembre

Et d'ajouter: «De fait, cela se passe au moment même où je vous parle. Cela rend la ville plus efficace, n'est-ce pas? Mais cela crée aussi des faiblesses que nous montrons dans notre jeu». «Nous n'essayons pas de faire la morale», dit-il. «Mais nous espérons que les joueurs, quand ils auront fini de jouer, commenceront à en parler, et qu'ils pourront se forger une opinion à ce sujet».

«Watch Dogs» sera commercialisé en novembre, et sera disponible sur les consoles de dernière génération Playstation 4 et Xbox One. Jack Tretton, patron de Sony Computer Entertainment of America, estime pour sa part que le jeu «est un reflet du divertissement grand public et qu'il est culturellement pertinent». «Je pense que ce jeu est basé sur ce que les gens voient autour d'eux et dans la culture moderne», déclare-t-il.

(afp/nxp)

Créé: 13.06.2013, 12h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.