Mercredi 3 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:17

Télé Elle retrouve dans un monde virtuel sa fille décédée

Les perturbantes retrouvailles dans un au-delà virtuel entre une mère et sa fille, décédée à 7 ans d'une maladie incurable, ont ému aux larmes les téléspectateurs sud-coréens. Et bouleversé la vie de la maman.

La très perturbante reconstitution des retrouvailles entre une mère et sa fille, tragiquement décédée en 2016, a été diffusée le 6 février en Corée du Sud.
Vidéo: YouTube/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Maman? Ou étais-tu?» dit la petite fille dans une mignonne robe violette. «As-tu souvent pensé à moi?». «Oui, tout le temps», répond sa maman. «Tu m'as beaucoup manqué», poursuit la fillette. «Moi aussi»... Les retrouvailles sont déchirantes... et perturbantes. Le reportage qui les ont mis en scène a été diffusé le 6 février dernier sur la chaîne sud-coréenne MBC et fait sangloter les téléspectateurs les plus endurcis. Pourtant rien n'est vrai, tout est reconstitué à l'exception de l'émotion d'une mère filmée sur fond vert, rapporte le site Aju Business Daily.

Jan, la maman, porte un casque de réalité virtuelle et ce qu'elle voit dans un parc verdoyant numériquement reconstitué n'est autre que sa fille Naeyon, décédée en 2016 des suites d'une maladie incurable. Elle avait 7 ans.

Des mois de reconstitution

Il a fallu des mois de travail aux techniciens pour recréer l'avatar de la petite fille et le «scénario» de la rencontre à vocation thérapeutique. Son visage a été scanné, il a été placé sur le corps numérisé d'une fillette de son âge. Le tout est géré en mode ultra-réaliste par un moteur graphique dernier cri. Immergée dans son casque, Jan a l'impression d'être en chair et en os dans le jardin dans lequel sa fille aimait tant jouer. Avec ses gants à retour haptique, elle a l'impression qu'elle caresse son visage.

Et puis il a fallu trouver un moyen pour retranscrire l'immersion pour des spectateurs extérieurs, d'où les fonds verts qui permettent d'insérer Jan dans l'univers virtuel comme si elle était filmée en pleine nature. C'est loin d'être parfait, seule la maman a le ressenti maximisé, mais c'est suffisant pour rendre l'émotion palpable.

A la fin de la rencontre, la petite s'étend.«Maman, je t'aime» dit-elle avant de fermer les yeux. Le papillon blanc qui s'était posé sur son petit corps numérique s'envole vers le lointain.

Des option de sous-titrage sont disponibles en cliquant sur la roue crantée.

Si Jan a accepté de se soumettre à l'expérience, c'est pour, dit-elle, «apporter du réconfort aux personnes qui, comme elle, ont perdu un enfant; qui un frère, qui un parent proche».

Ruée sur son blog

Mais le réconfort peut devenir encombrant: dès la fin de la diffusion, plus de 20 000 personnes se sont rués avidement sur le blog de Jan, l'inondant de commentaires. Un afflux et sans doute quelques dérapages, qui ont poussé la maman Jan à fermer cet espace personnel d'expression.

Avant de préférer à une embarrassante notoriété un retour dans l'anonymat, Jan avait écrit: «Trois ans après, je devrai désormais plus aimer Naeyon que souffrir de l'avoir perdue. J'espère néanmoins que l'émission aura permis d'entretenir le souvenir de ma petite.»

JChC

Créé: 13.02.2020, 07h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.