Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:26

Débat Le «streaming» de jeux vidéo, une fausse bonne idée?

Après le coup de tonnerre provoqué par Google et son futur service Stadia, les acteurs s'interrogent sur la portée de ce tournant «tout numérique».

Présentation de Stadia par Google, le 20 mars dernier. Une manette mais pas de console...

Présentation de Stadia par Google, le 20 mars dernier. Une manette mais pas de console... Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jouer aux jeux vidéo «n'importe où, n'importe quand», c'est déjà pour demain, mais le passage au «tout numérique» avec l'arrivée de nouveaux services de «streaming» proposés par les géants du net pose question, tant pour les joueurs que pour les éditeurs.

«On est à un tournant de l'industrie vidéo-ludique», selon Nicolas, vendeur dans un magasin Nintendo à Paris. Car le streaming pourrait amener «clairement la fin des consoles. A terme, le streaming va les tuer», explique Charles-Louis Planade, analyste jeux vidéo à Midcap Partners.

Si des plates-formes à la Netflix (mais basées sur le téléchargement) existent déjà, comme Xbox Game Pass de Microsoft ou Origin Access Premier de l'éditeur EA Games, Google va plus loin avec l'annonce de la sortie prochaine de sa plate-forme Stadia, qui permettra de jouer à des jeux vidéo directement en ligne grâce à la puissance du «cloud», l'informatique dématérialisé.

Celle-ci fonctionne avec des serveurs répartis dans le monde entier qui communiquent à très haute vitesse.

«On pourra jouer à n'importe quel jeu, plus besoin de consoles, il suffira juste d'avoir Google Chrome, un écran, une manette», annonce M. Planade.

Le streaming est un «gain en confort de jeu pour les consommateurs. On commence à jouer sur téléphone, puis on continue sur l'ordinateur ou la télé et vice-versa», explique Audrey Leprince, fondatrice de l'association Women in Games.

Avec un concept simple, un abonnement mensuel donnant accès à un catalogue de jeux vidéo disponibles immédiatement sur ordinateur, le marché du jeu à la demande ou «Cloud Gaming» pourrait devenir la chasse gardée des mastodontes comme Google, Apple, Sony, ou autres Amazon.

Risque d'uniformisation

Pourtant, cette offre, alléchante sur le papier mais au modèle économique encore flou, pourrait affecter tant la diversité que la qualité de l'offre vidéo-ludique.

«Si nous sommes dans un modèle où l'éditeur est rémunéré en fonction du temps passé sur le jeu, l'intérêt pour l'éditeur sera de garder le joueur le plus longtemps possible», explique Mme Leprince. Avec un risque d'uniformisation des jeux vidéo, «sans but», «interminables, «répétitifs», craint Jérémie, joueur régulier.

En théorie, le streaming pourrait être une aubaine pour les petits éditeurs en permettant «d'élargir l'offre», selon M. Planade. Mais ce n'est pas si simple: si Google casse les prix avec Stadia, «bon nombre de petits éditeurs peuvent être mis à la rue», juge Audrey Leprince. «Pour les gros (éditeurs), l'enjeu sera de vendre toujours aussi cher les jeux, pour les petits, de ne pas être éjectés», résume-t-elle.

Il paraît improbable de voir les géants du jeu vidéo renoncer à la très lucrative vente de jeux vidéos AAA, les superproductions du secteur, bien que Google ait utilisé l'un d'eux, «Assassin's creed», lors de la présentation de Stadia. Le streaming serait alors un moyen d'attirer les joueurs sur les plates-formes pour proposer ensuite des contenus payants.

Il est ainsi fort possible qu'une partie des jeux inclus dans ces abonnements soient «freemium», c'est-à-dire avec une base gratuite mais incluant des achats intégrés, à l'image de la référence en la matière, Fortnite, dont les 2,4 milliards de revenus en 2018 proviennent des achats de tenues ou animations dans le jeu.

La technique, frein majeur?

Pour passer du téléphone à la télé, ces jeux multisupports pourraient souffrir de concessions sur les graphismes. «Je crains que les jeux soient bâclés. Il faut du temps pour créer un grand jeu, comme un grand film», explique Jérémie, joueur régulier. Outre l'impact qu'aurait le modèle sur la jouabilité et la diversité de production, la technique reste pour l'instant un frein majeur au développement du streaming. Car la condition nécessaire pour profiter de ces offres est de disposer d'une bonne connexion, fibre optique ou 5G.

«Le jeu vidéo peut être un plaisir solitaire sans avoir besoin d'être en permanence en ligne. Comment tu fais si tu n'as pas de connexion Internet?», se demande Jérémie. «On remarque déjà avec Playstation Now (en ligne) que si trop de gens jouent en même temps, le jeu "beugue", ralentit», relève David, un autre joueur.

Par ailleurs, l'impact environnemental de ces différents services de streaming est également discuté. «De quelles ressources énergétiques aurait-on besoin pour faire tourner le "cloud"?», s'interroge Nicolas. (AFP/Le Matin)

Créé: 31.03.2019, 15h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.