Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:06

Jeux vidéo Ubisoft lance un jeu inspiré du Brexit

«Watch Dogs Legion», prévu pour mars 2020, se déroule dans un Londres futuriste où le crime organisé et des groupes extrémistes contrôlent le gouvernement.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le géant français de jeux vidéo Ubisoft a dévoilé lundi un service d'abonnement ainsi qu'un jeu inspiré par l'actualité, qui se déroule dans un Londres post-Brexit menacé par la dictature et par les extrémistes.

Avec son service Uplay+, disponible à partir du 3 septembre pour 14,99 dollars par mois aux Etats-Unis et en Europe, les «gamers» pourront accéder au catalogue Ubisoft depuis un PC et télécharger leurs jeux favoris, a expliqué lundi à l'AFP Brenda Panagrossi, une vice-présidente du groupe, à la veille de l'ouverture du salon annuel des jeux E3 (Electronic Entertainment Expo) à Los Angeles.

Le groupe rejoint ainsi les nombreux autres poids lourds du secteur qui se lancent dans l'abonnement, comme Microsoft.

Uplay+ doit également être disponible à partir de 2020 via la plateforme de streaming de Google, Stadia, qui permet de jouer directement en ligne depuis n'importe quel appareil connecté à internet. Ubisoft avait participé aux tests de Stadia.

L'accès par abonnement et le streaming sont les deux grandes tendances actuelles du jeu vidéo.

«Le secteur du jeu vidéo bouge constamment et les besoins de nos joueurs évoluent», a souligné Mme Panagrossi.

«Watch Dogs Legion»

Ubisoft a aussi dévoilé lundi de nouveaux titres, dont le dernier-né de la franchise "Watch Dogs", dans lequel les joueurs endossent le rôle d'un héros porté sur la technologie, capable de pirater les gens et les systèmes.

«Watch Dogs Legion», dont la sortie est prévue en mars 2020, se déroule dans un Londres futuriste où l'automatisation et l'intelligence artificielle détruisent l'économie et où les cryptomonnaies ont remplacé la livre sterling.

Le crime organisé et des groupes extrémistes contrôlent le gouvernement dans une ville constamment surveillée par des drones.

«Nous voulions créer un jeu qui fasse écho au monde dans lequel nous vivons (...). Votre mission est de bâtir la résistance contre l'émergence d'un régime totalitaire», a indiqué Alexandre Parizeau, du studio Ubisoft à Toronto (Canada).

Le directeur des créations Clint Hocking a décrit l'univers de ce jeu comme étant un Royaume-Uni post-Brexit arrivé à un tournant politique, où les citoyens sont appelés à combattre l'extrémisme et «à libérer Londres et le monde de la tyrannie. (...) L'histoire a déjà montré que ce qu'il se passe à Londres est une bonne indication de notre avenir», a-t-il ajouté.

En outre, le service de vidéo Netflix a acheté les droits d'un film adapté du jeu Ubisoft «Tom Clancy's The Division» qui mettra en scène les stars Jessica Chastain et Jake Gyllenhaal (qui co-produisent également le film) dans un New York ravagé par un virus propagé par les billets de banque, a annoncé le groupe.

Après des millions de morts, au milieu du chaos, un groupe de civils devra sauver les survivants et ce qu'il reste de la société.

Ce jeu, un immense succès, a désormais plus de vingt millions de joueurs, selon le magazine «Variety». Une suite, «The Division 2» est sortie en mars. (afp/nxp)

Créé: 11.06.2019, 01h37

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters