Vendredi 5 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:33

Musique L'effet Pam

Rencontre avec la violoniste Pamela Frank, Présidente du jury du concours Menuhin 2018 qui s’est déroulé la semaine dernière à Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce qu'on remarque en premier, c'est la carotte qu'elle porte sur le revers de sa veste. Ensuite, c'est le regard malin derrière ses lunettes roses à strass. Ravie d'être là pour participer à cette fête du violon, à ce festival, elle, c'est Pamela Frank, violoniste de renom que nous avons eu le plaisir de croiser entre deux tours de la Compétition Menuhin qui a pris possession de Genève cette année.

Avec simplicité, elle s'invite à notre table et nous brossons très vite le portrait d'une femme à la bienveillance exacerbée, parcourue d'un sens de la justice sans égal. À tel point qu'il est presqu'étrange de la voir siéger à la présidence du jury d'un concours de cette envergure. Elle nous explique alors que c'est un événement extrêmement particulier et qu'il se distingue par l'égalité des chances qu'il existe entre tous les candidats. Les membres du jury ne délibèrent pas, ne parlent pas, point de ça ici, ils transmettent leurs choix au moyen de bulletins de vote cachés. Les résultats sont ensuite mathématiques. Ainsi, pour la première fois dans l'histoire de la compétition, il y a eu 6 finalistes dans la catégorie junior, un de plus que ce qui est prévu. Ne parvenant pas à départager deux prétendants après plusieurs tours de vote, les deux enfants ont été sélectionnés. Cela ravit Pamela qui aspire à ce que chacun se sente traité avec la même justesse.

Elle ne pourrait d'ailleurs pas concevoir de prendre un des petits virtuoses sous son aile, pensant que ce n'est pas équitable pour les autres. N'allez pas croire que les élèves qui se présentent à ses cours à l'Institut Curtis passent par un casting. Jamais de la vie! C'est le destin qui décide et ensuite, elle puise dans sa propre expérience pour transmettre ce qu'elle sait, tout en espérant apporter sa propre touche. Ce qu'elle réussit à faire sans aucun doute, sachant qu'elle est jeune et qu'elle est femme, ce qui la différencie radicalement de tous les professeurs qu'elle a pu croiser sur sa route.

Pamela nous confie que c'est la musique qui l'a choisie et qu'elle a laissé de côté des études de psychologie à l'université de Yale pour suivre sa passion. Parce que l'unique chose qui compte dans la vie c'est la passion. Le plaisir est la clé. On peut être doué dans plein de domaines mais c'est le coeur qui décide. C'est le coeur qui trace la route. C'est également de cette manière qu'elle arrive à faire un choix entre les candidats surdoués de la Compétition Menuhin. Si on lui parle de critère, elle répond «la chair de poule». Il faut que ce soit intangible, incalculable, impossible à apprendre ou à acheter, ça doit impérativement venir des tripes. L'émotion conduit tout.

L'émotion et les aléas de la vie... C'est ainsi qu'elle a ajouté une nouvelle corde... à son violon et parcourt le monde avec celui qui est devenu son mari, Howard Nelson, physiothérapeute. Pourquoi? pour prévenir et guérir les blessures des musiciens. Elle est elle-même un cas sur lequel ils s'appuient, notamment pour faire la démonstration de ce qu'il ne faut surtout pas laisser se produire! Le cas Pam est le point de départ de Fit as a Fiddlepour que le voile se lève sur le tabou des blessures physiques pouvant handicaper sérieusement les musiciens qui n'en parlent pas pour autant de peur de ne plus être engagés. Howard analyse leur posture, leurs mouvements et par la biomécanique soigne ou empêche des blessures qui peuvent être sévères. C'est lui la star, dit-elle. Et lui se tient pas loin, il l'observe.

Pamela n'a qu'une philosophie, qu'une voie, celle du plaisir. Elle nous explique que sa route prend chaque jour une nouvelle direction mais qu'elle a toujours le même leitmotiv: la recherche de sensations. Dans le travail d'un compositeur, dans les enjeux psychologiques d'un ensemble musical, dans l'enthousiasme d'un élève. Elle souhaite, même si les destinataires de ce message auront tendance à lever les yeux au ciel, encourager les enfants, les jeunes gens d'aujourd'hui à prendre des risques, à chercher la beauté, à se moquer du jugement des autres, à ne surtout pas se juger soi-même, à ne pas imiter, à faire des erreurs, passionnément. Vous êtes prêts ou c'est trop de positivisme pour vous les jeunes?

Nous l'avons prise au mot. Surtout ne pas se prendre au sérieux, c'est ça? Et puis, comme elle, rester une petite fille de 10 ans dans le corps d'une adulte. On a en tout cas envie de positiver. Peut-être même de moins râler, hein Josiane. De se mettre au violon? Évitons, pensons à nos proches, mais gardons en tête que ce n'est pas si compliqué de prendre la vie du bon côté. De se laisser surprendre par l'effet Pam. Ce qui est sûr, c'est qu'elle restera la violoniste à la carotte. Ou la violoniste à la banane pour son sourire. En tout cas, quelque chose qui a trait aux fruits et légumes, peut-être parce qu'elle a des pastèques sur ses chaussettes...

Cet article vous a été concocté par JJSphere, magazine digital: les découvertes, les rencontres et les voyages de Josiane&Josette.

Créé: 22.04.2018, 19h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.