Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 12:01

Rio 2016 Trafic de billets: un cadre du CIO arrêté

Le chef irlandais des Comités olympiques européens est soupçonné d'avoir participé à une vente illégale de billets.

Patrick Joseph Hickey a été arrêté mercredi.

Patrick Joseph Hickey a été arrêté mercredi. Image: Archives/Reuters

Galerie photo

Redécouvrez les JO de Rio en images

Redécouvrez les JO de Rio en images De la sueur, des émotions, des larmes, de la joie! Revivez en images les grands moments des joutes olympiques de Rio (5 août - 21 août 2016)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police de Rio a annoncé l'arrestation mercredi du chef des Comités olympiques européens (EOC) Patrick Hickey, accusé d'appartenir à un réseau de vente illégale de billets pour les jeux Olympiques de Rio. Des policiers ont exécuté «un mandat d'arrêt et de capture visant l'Irlandais Patrick Joseph Hickey, membre du Comité international olympique. Il a été arrêté», a précisé la police brésilienne dans un communiqué.

M. Hickey, 71 ans, également président du Comité olympique irlandais depuis 1989, a été arrêté à son hôtel de Barra da Tijuca, à l'ouest de Rio, l'un de ceux où est hébergée la «famille olympique», à proximité du parc et du village olympiques des JO-2016. Selon le site G1 du media brésilien Globo, M. Hickey aurait fait un malaise lors de son arrestation et a été transporté à l'hôpital Samaritano, à Barra da Tijuca. Cette arrestation a eu lieu dans le cadre d'une enquête sur la revente illégale de tickets pour les JO et fait suite à d'autres arrestations.

Plusieurs mandats d'arrêt

La police brésilienne avait annoncé lundi avoir lancé quatre mandats d'arrêt, dont un contre le Britannique Marcus Evans, président du club de football d'Ipswich (2e div. anglaise). Les trois autres personnes visées sont l'Irlandais Patrick Gilmore, le Néerlandais Maarten Van Os et l'Anglais Martin Studd. Tous sont accusés d'avoir vendu des billets pour les JO-2016 à un prix très élevé, après les avoir récupérés illégalement auprès d'entreprises autorisées par le Comité olympique irlandais, selon la police.

«Marcus Evans est un Britannique qui a eu plus de cinquante entreprises à son nom, mais aujourd'hui il n'a plus rien à son nom. Il est multimillionnaire, il a déjà détenu des chaînes de télévision, et surtout il est le patron du club de football d'Ipswich», avait expliqué Ricardo Barbosa, inspecteur au département antifraude, lors d'une conférence de presse. «En 2012, Marcus Evans a été responsable de la vente officielle de billets pour les jeux Olympiques de Londres, mais en 2016 il n'est pas autorisé. Pour camoufler cela, il les a vendus dans des offres billets + hôtel, des offres VIP, pour gagner beaucoup plus d'argent sur le billet», avait ajouté Aloysio Falcao, commissaire en charge de l'enquête.

781 billets saisis

La semaine dernière, la police brésilienne avait annoncé l'arrestation d'un Irlandais, Kevin James Mallon, et de dix Brésiliens qui écoulaient des sésames olympiques achetés avec des cartes de crédit piratées. Mallon, arrêté le jour de l'ouverture des Jeux de Rio, est l'un des dirigeants de l'entreprise britannique THG, dont le président James Sinton avait été détenu en 2014 pour une affaire similaire concernant la Coupe du monde de football au Brésil.

La police a saisi 781 billets «qui étaient revendus à des prix très élevés», avait alors souligné M. Barbosa. Ceux pour la cérémonie d'ouverture étaient vendus 8000 dollars (7700 francs), alors que le prix officiel le plus élevé était de 1300 dollars (1250 francs). THG écoulait des tickets pour «les événements très demandés comme la finale du football, les cérémonies d'ouverture et de clôture des JO. Ces billets peuvent valoir très cher. Avec ces entrées, l'entreprise aurait pu générer 10 millions de reais (3 millions de francs)», selon M. Barbosa. (afp/nxp)

Créé: 17.08.2016, 14h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.