Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 20:53

Péréquation financière Les cantons contributeurs ne crient pas victoire

Le Conseil national a suivi la recommandation de sa commission des finances pour revoir à la baisse les contributions des cantons riches. Mais rien n'est joué.

Roger Nordmann est satisfait du vote au Conseil National mais le Conseil des Etats ne veut pas alléger la part des cantons contributeurs.

Roger Nordmann est satisfait du vote au Conseil National mais le Conseil des Etats ne veut pas alléger la part des cantons contributeurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cantons contributeurs de la péréquation financière avaient le sourire lundi après le vote du Conseil national mais leur victoire n'est ni complète, ni acquise, comme le reconnaît Roger Nordmann (VD/PS).

«On a limité les moyens de la péréquation parce qu'on observe qu'une partie des cantons l'utilise pour baisser leur impôts. Et ce n'est pas le sens de ce système», a-t-il déclaré à Le Matin.

Une victoire sans lendemain?

Pas de joie excessive donc puisque le vote du Conseil national ne correspond qu'à une demi-victoire. «On a réussi à un peu baisser la part des cantons contributeurs mais nous n'avons malheureusement pas réussi à obtenir l'augmentation des fonds socio-démographiques qui pourraient aider les grands cantons contributeurs avec charge urbaine» , déplore le Vaudois. Il s'en est fallu d'une voix...

Un refus regrettable selon Olivier Feller (VD/PLR). «On constate dans un certain nombre de cantons, ces charges ont fortement augmenté ces dernières années alors que les montants injectés par la Confédération restent les mêmes.» Ce que le conseiller national ne juge pas très sain pour la cohésion du pays.

Pour Roger Nordmann, il est donc plus juste de parler de victoire pour les cantons sans charge urbaine. Une victoire qui devrait rester sans lendemain toutefois puisqu'il en faudra plus pour convaincre le Conseil des Etats qui s'est opposé lors de la session d'hiver au projet du Conseil fédéral.

Un réflexe conservateur

«Et à la fin, cela va se terminer comme d'habitude: la Suisse se considère comme une nation rurale et ce sont les cantons ruraux qu'on aide. Cela risque de finir entre cantons qui rient et centres urbains qui pleurent au retour du Conseil des Etats», craint Roger Nordmann.

Un constat que ne contredit pas Dominique de Buman (FR/PDC). Pour le vice-président du parti, le vote montre surtout qu'il «existe un réflexe conservateur en faveur de la répartition actuelle».

Créé: 10.03.2015, 13h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.