Mardi 24 avril 2018 | Dernière mise à jour 22:30

Environnement Les animaux les plus populaires aussi menacés

Les dix espèces d'animaux sauvages qui plaisent le plus au public sont presque toutes menacées d'extinction. Des scientifiques veulent agir.

Les girafes sont menacées

Les girafes sont menacées Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tigres, lions et pandas sont partout sur nos écrans, dans les livres pour enfants et les magasins de jouets. Mais en faisant croire qu'ils sont répandus dans la nature, leur omniprésence cache une triste vérité, selon une étude: ces animaux sont menacés de disparition.

Des chercheurs français et américains ont examiné les sites de zoos, des questionnaires en ligne et dans des écoles ainsi que des dessins animés pour cette étude publiée dans le journal PLOS Biology. Sur cette base, ils ont établi une liste des dix animaux les plus «charismatiques»: tigres, lions, éléphants, girafes, léopards, pandas, guépards, ours polaires, loups gris et gorilles.

Près de 49% de toutes les peluches - hors oursons - vendues aux Etats-Unis sur Amazon représentaient l'un de ces dix animaux. Et en France, 800'000 jouets pour bébé «Sophie la girafe» ont été vendus en 2010, soit plus de huit fois le nombre de girafes vivant en Afrique.

«Population virtuelle»

Selon l'auteur principal Franck Courchamp, directeur de recherche au CNRS, ces animaux sont si communs dans la culture et les éléments marketing qu'ils créent une «population virtuelle» dans l'esprit des gens. Une population qui va beaucoup mieux que la vraie.

«Sans le savoir, les entreprises utilisant des girafes, guépards et autres ours polaires à des fins de marketing contribueraient à fausser la perspective du public sur leur risque d'extinction et donc le soutien à la conservation de ces espèces», explique-t-il. «En moyenne, une personne en France voit durant un mois plus de représentations de lions (photos, dessins, logos, marques) qu'il ne reste de lions dans toute l'Afrique de l'Ouest», indiquent les chercheurs dans l'étude.

Reverser une partie des bénéfices

Ces derniers ont exhorté les entreprises utilisant l'image d'espèces menacées à reverser une partie de leurs bénéfices à des groupes de protection des animaux. «Si nous n'agissons pas dans le cadre d'un effort concerté pour sauver ces espèces, ce sera peut-être la seule manière dont on les verra», soit virtuellement, a dit le co-auteur de l'étude William Ripple, professeur d'écologie des forêts à l'Université d'Etat de l'Oregon.

«L'une des principales menaces auxquelles (ces animaux) font presque tous face est le fait d'être tués par des humains», en particulier lors de chasses ou dans des pièges, a-t-il ajouté. Une réalité «tristement ironique, ces animaux faisant partie de ceux que nous aimons le plus», a-t-il conclu. (ats/nxp)

Créé: 13.04.2018, 11h19

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Powered by wingit

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.