Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 13:48

Délivrance Orques et bélugas libérés de leur prison en Russie

La diffusion de photographies de 11 orques et 93 bélugas dans de petites piscines avait fait scandale. Les mammifères vont être libérés. .

Vue aérienne des bassins où sont entassés des orques et des bélugas à Nakhodka, dans l'Extrême-Orient russe.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités comptent relâcher une partie des orques et des bélugas entassés dans des bassins de l'Extrême orient russe sans toutefois les ramener vers leur habitat naturel comme le conseillaient les scientifiques, a annoncé mercredi un chercheur suivant ces animaux.

Au cours d'une conférence de presse au ministère russe de l'Environnement, à Moscou, le chercheur Vladislav Rojnov a déclaré qu'une dizaine de ces mammifères marins, dont le sort a ému le monde entier, serait libérés entre fin mai et début juin près des bassins où ils sont retenus.

La diffusion en février de photographies de 11 orques et 93 bélugas présents depuis l'été dans de petites piscines près de Nakhodka pour être vendus à l'étranger avait déclenché une vague de protestations internationales. Trois bélugas et un orque avaient depuis disparu.

Stress supplémentaire

Face au scandale, les autorités russes et des scientifiques étrangers avaient convenu de réintroduire les cétacés dans la mer d'Okhotsk, où ils avaient été capturés, à environ 1300 kilomètres du lieu où ils se trouvent actuellement.

Mais leur transport a finalement été jugé trop onéreux par les autorités, a souligné Vladislav Rojnov. Selon lui, les mammifères libérés pourraient dès lors rester près de l'endroit où ils étaient nourris et risquent de perturber les vacanciers.

«Les scientifiques donnent des recommandations, mais les autorités décident», a constaté M. Rojnov, qui dirige un institut environnemental et fait partie d'un groupe d'experts constitué pour évaluer le sort de ces animaux.

«Nous espérons que les spécimens libérés iront vers le nord et retrouveront leurs eaux d'origine», a-t-il ajouté. Selon lui, des études sont en cours pour identifier des liens génétiques entre ces animaux et des groupes observés dans la nature.

Dans un communiqué, le ministère russe de l'Environnement a pour sa part soutenu que le transport des animaux dans des bacs spéciaux risquaient de les blesser ou de leur causer un stress supplémentaire.

«De nombreux risques»

La construction sur place de bassins de réadaptation est par ailleurs rendue difficile par des «contraintes de temps», précise le ministère.

Le mois dernier, les experts Jean-Michel Cousteau, fils du célèbre commandant Cousteau, et Charles Vinick avaient visité les bassins en question et rencontré des responsables.

Mercredi, l'équipe de Jean-Michel Cousteau a affirmé dans un communiqué que cette libération près des bassins comportait «de nombreux risques», craignant notamment des conflits entre des bateaux et certains orques chez lesquels «des comportements agressifs» ont été observés.

A long terme, cette libération pourrait «diminuer leur potentiel de survie», ajoute le communiqué.

La Russie est le seul pays où ces mammifères marins peuvent être capturés en plein océan à des fins «pédagogiques», une faille juridique utilisée par les trafiquants pour vendre des animaux à l'étranger, en particulier en Chine, où se développe un réseau de parcs à thèmes marins. (afp/nxp)

Créé: 15.05.2019, 20h22


Sondage

"No Time to Die" ("Ce n'est pas le moment de mourir") est le titre du prochain James Bond. Pour vous c'est...




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.