Lundi 20 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:12

Tierpark Une oursonne polaire fait ses premiers pas à Berlin

Une petite oursonne polaire prend un bol d'air au zoo de Berlin ce vendredi avant d'être présentée au public samedi. La relève de «Knut» est-elle assurée?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Baignade, escalade et balade à l'air frais: une oursonne polaire de trois mois et demi a fait sa première sortie vendredi pour la presse au Tierpark de Berlin.

La petite, qui n'a pas encore de nom et sa mère, «Tonya» sont sorties dans la matinée dans le vaste enclot extérieur en pierre noire de ce zoo de l'ex-Berlin-Est. La capitale dispose d'un deuxième parc animalier dans ce qui fut la partie occidentale de la ville.

Là, sous un ciel gris, elles ont plongé dans l'eau entourant leurs rochers, nageant ensemble sous les objectifs de nombreux journalistes armés de caméras et d'appareils photos. Les deux plantigrades ont aussi multiplié câlins et jeux.

L'oursonne, grande amatrice de cabrioles, fera samedi ses débuts devant le public du Tierpark.

Née le 1er décembre, elle a jusqu'ici passé ses journées à l'intérieur, les petits des ours polaires étant très fragiles dans les premières semaines de vie. Même en captivité, les chances de survie d'un nouveau-né au-delà de trois mois sont faibles, selon le Tierpark.

«Knut», mort en 2011

Ainsi, «Tonya» a perdu trois petits en moins de deux ans, dont «Fritz», mort d'une hépatite en mars 2017 à quatre mois. En janvier 2018, c'est une femelle qui est décédée à 26 jours.

Chaque naissance d'ours polaire suscite l'enthousiasme des Berlinois qui cherchent toujours un successeur dans leurs cœurs à «Knut», une boule de poils blancs qui avait ému la planète après sa naissance en 2006, dans l'autre zoo de Berlin, à l'ouest de la ville.

«Knut» était mort brutalement en 2011, laissant ses admirateurs effondrés.

Un mémorial lui est dédié dans le zoo qui l'abritait et la bête empaillée est exposée avec d'autres animaux célèbres au musée d'Histoire naturelle de la capitale allemande. Le zoo de Berlin a lui engrangé des millions d'euros de recettes grâce à «Knut» et à tous les produits dérivés.

Menacé par la fonte de la banquise, l'ours polaire est classé «vulnérable» par l'Union internationale pour la conservation de la nature et fait l'objet d'un Programme d'élevage européen. (afp/nxp)

Créé: 15.03.2019, 13h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.