Lundi 19 novembre 2018 | Dernière mise à jour 14:34

Tchad Des rhinocéros noirs réintroduits n'ont pas survécu

Quatre des six rhinocéros noirs réintroduits en mai dans un parc au Tchad, sont morts six mois plus tard.

Chaque année, des milliers de rhinocéros sont abattus en Afrique pour leurs cornes.

Chaque année, des milliers de rhinocéros sont abattus en Afrique pour leurs cornes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des rhinocéros noirs réintroduits en mai dans le parc de Zakouma, dans le sud-est du Tchad où ils avaient disparu il y a près d'un demi-siècle, sont morts, a annoncé mardi l'ONG African Parks.

«Deux carcasses supplémentaires de rhinocéros noirs ont été découvertes au Parc National de Zakouma au Tchad, ce qui porte à quatre le nombre total de décès sur les six bêtes réintroduites en mai», a indiqué dans un communiqué l'ONG de protection de la faune sauvage, qui gère plusieurs parcs naturels en Afrique.

Mi-octobre, deux rhinocéros noirs réintroduits avaient déjà été retrouvés morts. «Nous pouvons confirmer qu'aucun de ces rhinocéros n'a été braconné», a expliqué l'ONG qui estime que la «mauvaise adaptation des rhinocéros à leur nouvel environnement» pourrait être la cause de leur décès.

En mai, une initiative commune d'African Parks, des parcs sud-africains (SANParks), et des gouvernements tchadien et sud-africain avait permis la réintroduction de six rhinocéros noirs d'Afrique du sud dans le parc de Zakouma, dans la savane du sud-est tchadien.

Cette réintroduction devait constituer l'amorce d'un nouveau foyer de rhinocéros noirs, le dernier spécimen de cette espèce ayant été observé dans la zone en 1972.

Accord de coopération

Le Tchad et l'Afrique du sud ont signé en 2010 un accord de coopération visant à protéger la biodiversité et à assurer la survie à long terme des espèces animales menacées à Zakouma. Après sept ans d'efforts, il a permis d'y réduire quasiment à néant le braconnage, autorisant ainsi la réintroduction des rhinocéros.

Chaque année, des milliers de rhinocéros sont abattus en Afrique pour leurs cornes, très prisées des adeptes de la médecine traditionnelle en Chine ou au Vietnam.

Il reste 5000 spécimens de rhinocéros noirs sur le continent africain, dont près de 1900 en Afrique du Sud. Avant le Tchad, des rhinocéros noirs ont déjà été introduits au Botswana, en Tanzanie, en Zambie, au Malawi ou au Rwanda. (ats/nxp)

Créé: 06.11.2018, 15h24

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.