Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:05

Livre LA BD qui donne envie de se précipiter au Musée de l'Art Brut

Créateurs en marge, ils ont produit des oeuvres étranges, obsessionnelles. Cet album présente six d'entre eux, dont quatre sont exposés à Lausanne.

Enferme-moi si tu peux

D'Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg
Ed. Casterman
168 pages
Les deux auteurs seront présents pour une rencontre avec Michel Thévoz au Musée de l'art brut à Lausanne samedi 21 septembre à 17 heures à l'occasion de la Nuit des musées.
Ils dédicaceront ensuite leur BD.

Petit Pierre

Les éditions Casterman viennent également de sortir cet album racontant la vie réelle d'un autre personnage qui aurait sa place au Musée lausannois. Né handicapé, Petit Pierre trouvera son accomplissement dans la création de mobiles puis de manèges merveilleux. Une BD très touchante.
Par Daniel Casanave et Florence Lebonvallet
Ed. Casterman
120 pages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grâce à Michel Thévoz, fondateur de la Collection de l'Art Brut, Lausanne héberge ce musée étonnant, unique au monde. Y sont exposées les œuvres d'artistes pas comme les autres, dont la raison d'être de leur production n'est connue que d'eux seuls. Moyen d'expression pour échapper à la folie, à l'enfermement mental, à l'isolement? Peut-on d'ailleurs qualifier leur travail d'«art», même en y ajoutant le mot «brut»? Le peintre Jean Dubuffet à l'origine du terme regretta lui-même d'avoir apposé une étiquette à des œuvres que l'on ne peut cataloguer.

Ce terme d'«Art Brut», en tous cas, la scénariste Anne-Caroline Pandolfo et le dessinateur Terkel Risbjerg, présents le 21 septembre au Musée, ne l'emploient même pas dans leur BD «Enferme-moi si tu peux». «Parce que c'est une notion polémique et que ce n'est pas du tout le sujet de notre album que de soulever ce type de questions, nous explique Anne-Caroline. Ce n'est pas un livre sur l'histoire de l'art brut ou son appellation. Nous nous sommes intéressés à ce qui a fait basculer des personnes dans la création.»

Réunion dans les limbes

Six artistes sont «mis en lumière» dans cette BD: Aloïse, Augustin Lesage, Judith Scott et Madge Gill (ces quatre-là ont leurs œuvres exposées au Musée de l'Art Brut), ainsi que le facteur Cheval et Marjan Gruzewski. Cet album n'est pas une suite de biographies. Une voix off nous conte comment l'existence de chacun, souvent dure et en marge de la société, a un jour trouvé une raison d'être grâce à une forme hallucinante de production, qu'elle soit picturale ou sculpturale. Dans ce récit, les artistes rejoignent l'un après l'autre une réunion fictive (ils ne se sont jamais réellement rencontrés) dans une sorte de salle d'attente perdue dans les limbes et parlent d'eux-mêmes. C'est la force de cette BD: ne pas tenter d'expliquer, de se montrer didactique mais proposer un voyage dans des imaginaires qui échappent à tout logique.

«C'est Anne-Caroline qui a eu l'idée de faire se rencontrer ainsi les personnages», raconte Terkel. «Quant à la voix off, nous avions d'abord pensé à la faire incarner par un ectoplasme, puis par nous-mêmes, avant de la faire surgir de nulle part.» L'ouvrage aura connu de nombreux changements radicaux et un chemin relativement long avant d'aboutir. L'Art Brut, la scénariste s'y est vraiment frottée à la fin des années 1990, lorsqu'elle est venue visiter le musée lausannois. «J'en connaissais quelques bribes à travers mes études aux arts déco de Strasbourg. Mais quand j'ai vu les œuvres, dans des formats qu'on ne retrouve pas dans les livres, cela m'a beaucoup touchée, ainsi que les notices, à côté, qui résument la vie de ces gens.»

Choquée par l'attentat de «Charlie»

Il faudra encore près de 20 ans pour en faire quelque chose. «L'attentat contre «Charlie Hebdo» en 2015 m'a terriblement choquée. C'était une période détestable, que je ne comprenais pas. C'est là que j'ai repensé à ces gens qui avaient trouvé refuge dans une forme de création. Comment cela leur était-il arrivé?»

Le titre de l'album est inspiré d'un vers de William Blake:« Ils enfermèrent ma tête infinie dans un cercle étroit». Les six protagonistes de la BD ne pourront jamais être totalement emprisonnés, car leur esprit a trouvé une porte de sortie. Et tous ont en commun de ne pas avoir créé pour le regard des autres, contrairement à l'artiste conventionnel, mais pour eux-mêmes, pour leur propre salut. Aloïse d'ailleurs n'aimait plus ses dessins une fois exposés.

Terkel Risbjerg a dû s'imprégner des créations de chacun pour dessiner leurs histoires. Tout en gardant son style propre, il l'a adapté à l'univers des six protagonistes: du noir charbonneux pour Lesage le mineur, une explosion orange pour Aloïse. «Ou encore des crayons de couleur pour Judith Scott qui évoquent le côté cotonneux de ses cocons. Mais en me plongeant dans les dessins de Madge Gill, j'y ai senti ce côté très obsessionnel. En faisant les pages sur elles, j'ai vu qu'on pouvait se perdre dedans et que j'aurais pu m'y perdre aussi. Mais j'avais une BD à faire, je ne pouvais pas me le permettre.»

Dédicace au musée

Les auteurs ont choisi ces six-là en raison de leurs parcours de vie différents, mais ils auraient pu en convoquer bien d'autres à leur réunion éthérée. «J'aurais aimé poursuivre, une fois cette BD terminée, avoue Anne-Caroline. Il n'y avait pas grand intérêt à faire un tome 2 avec six autres artistes, mais j'aurais voulu soulever de nouvelles questions sur l'art et l'imaginaire. Notre prochaine BD sera tout de même un peu une continuation, puisqu'il y sera question d'un médium.»

En attendant, lors des séances de dédicace, nombreux sont les lecteurs qui disent que l'album leur a donné envie d'en savoir plus sur ces artistes et de venir au Musée de Lausanne. C'est en effet un excellent moyen de redécouvrir cet établissement exceptionnel. Lisez la BD (préfacée par Michel Thévoz), allez rencontrer les auteurs qui la dédicacent samedi 21 septembre à l'occasion de la Nuit des musées et visitez l'expo: vous la verrez d'un tout autre œil.

Michel Pralong

Créé: 20.09.2019, 14h50

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.