Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:00

BD Druuna revient en pleines formes

L'héroïne de Serpieri est de retour, Ptiluc dessine Hitler et Corbeyran goûte au chocolat: découvrez notre sélection des albums récents.

Cela faisait 15 ans que Druuna n'avait pas connu de nouvelle aventure.

Cela faisait 15 ans que Druuna n'avait pas connu de nouvelle aventure. Image: Serpieri/Glénat

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Druuna

«Druuna: celle qui vient du vent» Tome 5, par Serpieri, Ed. Glénat, 96 pages

Elle se sera faite désirer, la plantureuse héroïne de Serpieri. Après 15 ans de silence, le dessinateur italien donne une suite à ses aventures. Alors, évidemment, il ne s'en est jamais caché, il adore dessiner des fesses et cette série est surtout un prétexte pour montrer Druuna, essentiellement de dos. Mais cela reste tout de même davantage qu'une BD érotique dans laquelle une héroïne plus qu'à moitié nue déambule d'une situation à l'autre. Même si l'histoire de la série n'est pas facile à suivre, elle existe. Druuna évolue dans un monde apocalyptique, dans lequel un humain peut se transformer en horrible mutant. Dans ce nouveau volume, elle se retrouve sans savoir comment dans un lieu qui ressemble fort à une Amérique du Nord au temps des conquistadors. Mais les apparences sont souvent trompeuses et Druuna devra encore tenter de percer ce qui se cache derrière les illusions. Elle va faire de son mieux (et souvent de dos).


Adolf Hitler

«Adolf Hitler» par Swysen et Ptiluc, Ed. Dupuis, 120 pages

La collection «La véritable histoire» vraie raconte la vie des êtres malfaisants qui ont marqué les esprits, dans l'idée que pour éviter de répéter le mal, autant le connaître. Après Caligula et Dracula, le scénariste Bernard Swysen sort deux nouveaux tomes consacrés à Attila et Hitler. Autant le premier est une succession de dates et de personnages qu'on a du mal à différencier les uns des autres, autant celui consacré au dictateur allemand est une réussite. Alors évidemment, Hitler est sans doute le monstre le plus sinistre de l'histoire, ce qui donne une résonance unique à sa vie. Mais la qualité de l'album doit sans doute beaucoup à son dessinateur, Ptiluc. L'homme qui a si bien dessiné les rats dans «Pacush Blues» s'y connaît en ordures et, évidemment, son Hitler a une tête de rat. Comme pour «Maus» à l'époque, animaliser les personnages aide à dire l'indicible. Cette apparente légèreté du trait ne fait que renforcer la gravité du propos et, en suivant Hitler de sa naissance jusqu'à sa mort, on cerne remarquablement la personnalité et la folie dévastatrice du Führer et de son entourage.


Lily a des nénés

«Lily a des nénés» par Geoff, Ed. Casterman, 62 pages

Beaucoup plus léger, même si la situation ne manque pas de gravité pour Lily, ce premier album de Goeff est une bouffée d'air (marin) frais. L'héroïne a 10 ans, un frère jumeau, un amoureux secret et... des nénés. Qui viennent d'apparaître. Comment attirer l'attention du garçon qui lui fait chavirer le cœur? En profitant de la ressemblance avec son jumeau, peut-être. Mais ce n'est pas si simple de jouer aux garçons quand on a les nénés qui poussent. Une histoire fraîche, sublimée par la couleur directe au pastel gras. Il y a des petits moments de bonheur comme cela en BD dont il faut profiter. Bonne nouvelle, il y aura un tome 2 dans l'année.


Duke

«Duke: Je suis une ombre» Tome 3, par Hermann et Yves H., Ed. Le Lombard, 56 pages

Le western implacable des Hermann père et fils se poursuit. Duke, la fine gâchette, est sans cesse rattrapé par la violence. Le voilà escortant une diligence qui se fait attaquer par son propre frère. Il va y avoir de la vengeance dans l'air et le sang va couler. Personne n'est épargné dans cette série où Hermann laisse éclater sa virtuosité graphique en couleur directe. Le scénario est parfois un peu brut de décoffrage, mais il nous tient malgré tout en haleine. En attendant la suite.


Tête de gondole

«Tête de gondole» par Tronchet et Nicoby, Ed. Dupuis, 160 pages

Gérard Mandon aime faire son jogging dans les allées du supermarché dont il est le directeur. Ainsi, il peut veiller à ce que tout soit en ordre. Il aime son entreprise qu'il dirige à l'ancienne et est fier du groupe auquel il appartient. Mais il va s'apercevoir, suite à un défi lancé par sa fille le forçant à vivre une semaine chez un ferrailleur tandis qu'elle accepte un stage au siège de l'employeur de son père, qu'il est en fait la risée de ses patrons. C'est l'heure de la révolte. Tronchet est le champion des anti-héros, des gens simples. Après ses inénarrables Raymond Calbuth et Jean-Claude Tergal, il signe ici une fois encore un scénario original, drôle et intelligent, mis en images tout en souplesse par Nicoby. Duo à qui l'on devait déjà «Le meilleur ami de l'homme».


Le maître chocolatier

«Le maître chocolatier: la boutique» Tome 1, par Corbeyran, Gourdon et Chetvil, Ed. Le Lombard, 72 pages

Eric Corbeyran est un scénariste prolifique, aussi à l'aise dans le fantastique ou l'horreur que dans la poésie du monde de l'enfance. Mais depuis quelques années, il raconte également des histoires autour de saveurs qu'il affectionne. Après le vin de Bordeaux et le cognac, il tombe dans la cuve de chocolat. Les Suisses râleront, mais c'est dans la capitale du chocolat, Bruxelles, qu'il développe son intrigue avec la scénariste Gourdon. Comme ces séries télé autour d'un domaine viticole, il est question ici d'amours contrariées, de jalousie, de gentils et de méchants. C'est classique, comme le dessin de Chetville, mais ça fonctionne. En suivant le héros, un jeune et brillant chocolatier qui travaille pour l'une des enseignes belges les plus réputées mais qui va tenter de se mettre à son compte, on apprend milles choses sur la fabrication et les secrets du chocolat. Il faudra trois tomes pour finir la boîte de pralinés.

Créé: 07.04.2019, 17h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.