Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 05:53

BD Le grand retour d'une série qui fait un bien fou

Après plus de 10 ans d'absence, le délicieux «Retour à la terre» de Larcenet et Ferri connaît enfin un 6e tome. Du pur bonheur.

Il semble que le héros, Larssinet, angoisse un peu à l'idée d'avoir bientôt un deuxième bébé.

Il semble que le héros, Larssinet, angoisse un peu à l'idée d'avoir bientôt un deuxième bébé. Image: Larcenet-Ferri/Drgaud

«Le retour à la terre: les métamorphoses»
Tome 6
Par Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet
Ed. Dargaud
48 pages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jouez hautbois, résonnez musettes: «Le retour à la terre» est... de retour! Le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Manu Larcenet nous ont laissé plus de 10 ans sans nouvelles de Manu Larssinet et de sa petite famille. Cette série raconte en effet la vie d'un dessinateur de BD qui déménage en pleine cambrousse. Une mise en abyme des vies des deux auteurs, déclinée à coups de strips d'une demi-page chacun, totalement irrésistible de drôlerie, de légèreté et de tendresse.

L'aventure a commencé en 2002. «Larcenet était effectivement parti vivre à la campagne, dans le beaujolais, nous raconte Jean-Yves Ferri. Comme il était un peu effrayé à l'idée d'être coupé de tous ses contacts, il leur avait envoyé ses coordonnées. Toutes ses coordonnées: fax, email, adresse, téléphone... J'en ai reçu plein. Cela m'a fait sourire et je lui ai envoyé un dessin où on le voit perdu en pleine forêt avec son ordinateur sur l'épaule. Il a trouvé ça drôle et m'a dit qu'on devrait faire comme si on suivait cette aventure. «Le retour à la terre» est né ainsi.»

Le format des gags sur une demi-page permet une grande souplesse narrative. C'est extrêmement efficace.

Les auteurs n'avaient pas forcément songé à faire plus d'un album. Mais l'exercice leur a plu et il y avait encore beaucoup à raconter. Cinq tomes vont donc paraître jusqu'en 2008, puis l'envie de passer à autre chose se fait sentir. Larcenet s'attaque à sa série «Blast», qui raconte le parcours d'un tueur. Et Ferri est choisi pour reprendre les scénarios d'Astérix! Larssinet et les siens sont donc laissés en rase campagne.

Fils jaloux

Pourquoi alors ce retour plus de 10 ans après? «C'est la conjonction de plusieurs facteurs, notamment le fait que le fils de Larcenet protestait qu'on ait vu la naissance de sa sœur dans la série et pas la sienne. On s'est dit que cela pouvait être un bon prétexte pour retrouver la petite famille. D'où la nouvelle grossesse de Mariette dans ce 6e tome. J'ai également joué avec le fait que je me sois éloigné, accaparé par Astérix, ce qui rend fou les éditions Dargaud (j'espère que non, en réalité). Larssinet, lui, s'est lancé sur «Plast», une série tellement sombre qu'elle fait peur à l'éditeur (là non plus ce n'est pas le cas en vrai).»

La mise en abyme est évidente, mais inutile de trop chercher à savoir ce qui est inspiré de la réalité ou non. «Larcenet a un caractère un peu particulier, c'est vrai, mais je l'accable quand même un peu. Ainsi, je ne pense pas qu'il ait été dans le déni en apprenant sa deuxième paternité. Il n'a pas non plus été abandonné par son père, là je mets de moi en lui. Je rappelle que j'écris le scénario, donc je décide. Je le lui envoie avec un story board et lui se «contente» de le dessiner. Et, comme le héros de la BD, il est parfois lui-même un peu perdu par ces mises en abyme.»

Larcenet garde le moral

La palette graphique permet de souligner une certaine noirceur chez la Mortemont.

Si ce 6e tome s'intitule «Les métamorphoses», c'est parce que tous les personnages que l'on retrouve ont un peu évolué. Mariette est donc enceinte. Mais d'autres développent parfois un côté plus sombre: la Mortemont parle beaucoup de son défunt mari et l'on découvre des dons de voyance chez l'épicier. Une noirceur (toute relative) que le passage de Larcenet à la palette graphique permet de souligner. Mais on reste émerveillé par l'insoutenable légèreté de cette série, à des kilomètres des dernières œuvres de Larcenet, «Blast» et «Le rapport de Brodeck». «Parce que là, c'est moi qui écris l'histoire, sourit Ferri. Et de voir le plaisir que Manu a eu à dessiner ce tome, cela me rassure sur son moral.» Nous aussi. Bon retour à la terre, messieurs! Puissiez-vous nous raconter longtemps l'histoire de tout ce petit monde. En attendant, pour le scénariste, son prochain bébé, ce sera le nouvel Astérix en octobre, dont le titre devrait être connu dans un mois.

Créé: 03.04.2019, 17h18

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.