Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:38

Livre L'incroyable récit du braquage parisien de Kim Kardashian en BD!

Un album raconte comment de vieux bandits ont, à vélo, volé les bijoux de l'égérie de la futilité. Rocambolesque et désopilant.

Nue sous son peignoir, Kim Kardashian est ligotée et baillonnée par les voleurs, qui ne lui feront toutefois pas de mal.

Nue sous son peignoir, Kim Kardashian est ligotée et baillonnée par les voleurs, qui ne lui feront toutefois pas de mal. Image: Mardon/Ed. Glénat

«Les bijoux de la Kardashian»
Par Dumond, Vignolle et Mardon
Ed. Glénat
152 pages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'histoire avait, comme à peu près tout ce que fait Kim Kardashian, fait le buzz. En 2016, la reine de la téléréalité et des réseaux sociaux vient à Paris, sans son mari Kanye West. Alors qu'elle se retrouve seule dans la villa qu'elle loue, des hommes cagoulés font irruption chez elle. Vêtue d'un seul peignoir, elle est ligotée et bâillonnée tandis que les malfrats font main basse sur la fortune en bijoux qu'elle a pris avec elle, dont une énorme bague en diamant.

La plus célèbre des Kardashian est une telle habituée des coups médiatiques que certains vont jusqu'à se demander, à l'époque, si tout ceci n'est pas un coup monté, une opération médiatique. Il n'en est rien: Kim a vraiment eu peur pour sa vie et était persuadée un moment que ses voleurs allaient la violer. Les bijoux ont bien été dérobés, vendus, fondus. Et les suspects ont finalement été assez facilement démasqués et arrêtés. Incroyable, cette histoire l'est encore plus quand on en connaît les détails.

Des dialogues hallucinants

Les deux journalistes François Vignolle et Julien Dumond ont eu accès au dossier de l'enquête judiciaire et ont rencontré plusieurs protagonistes de l'affaire. Ils ont décidé de la raconter en BD (avec le trait efficace de Grégory Mardon), précisant que seules certaines scènes de l'album relèvent de la fiction. Ils font bien de lancer cet avertissement, car c'est tellement rocambolesque qu'on pourrait croire qu'il s'agit du scénario d'une comédie ubuesque. Les malfrats sont en effet une bande de vieux de la vieille, anciens du grand banditisme, qui ne connaissent de Kim Kardashian que sa fortune. «Comment elle gagne sa vie?», demande un bandit à un autre? «J'sais pas, elle chnaps chatte». De tels dialogues truculents, la BD n'en manque pas. Ils sont certifiés reconstitués au plus près par les auteurs. C'est vraiment du Audiard chez Kardashian.

Après leur braquage, les papys vont s'enfuir en vélo. L'un, en tombant, perd un bijou. La police ne va pas tarder à avoir quelques pistes, en suivant notamment des appels passés dans la région sur des téléphones portables. Quand elle fera des descentes coordonnées chez tous les suspects, elle trouvera des liasses de billets planqués dans le congélateur ou sous une pile de linge. Et même si l'un des prévenus aura beau marteler qu'il n'a «rien à voir avec votre affaire Kim Basinger», la police française semble avoir, elle, réussi son coup. Les noms des bandits ont été changé pour respecter la présomption d'innocence, leur procès devant se tenir en 2020.

Quant à Kim Kardashian, l'expérience semble l'avoir marquée: «Elle a ouvert une porte sur le fait que le monde n'était plus un endroit sûr.» Où quand la téléréalité se frotte à la réalité.

Créé: 29.03.2019, 06h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.