Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 12:53

BD Entre le loup et l'homme, Rochette choisit les deux

L'alpiniste devenu dessinateur confronte dans son nouvel album le berger à la bête. Une histoire forte qui donne à réfléchir.

La duel entre le loup et le berger, raconté comme un western.

La duel entre le loup et le berger, raconté comme un western. Image: Rochette/Casterman

Le loup

Par Jean-Marc Rochette
Ed. Casterman
112 pages

Transperceneige

«Extinctions» Tome 1
Par Jean-Marc Rochette et Matz
Ed. Casterman
96 pages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jean-Marc Rochette fait de la BD depuis le milieu des années 1970 et a très vite été connu et reconnu pour sa série du «Transperceneige», avec Lob. S'il n'avait pas eu un grave accident de montagne, il serait peut-être devenu guide. Cette aventure personnelle, il ne l'a racontée que l'an dernier, dans «Ailefroide». Et cet album autobiographique a donné un nouveau souffle à son œuvre.

«Il a rencontré un grand succès critique et commercial, nous raconte l'auteur depuis son refuge montagnard situé en plein cœur du massif des Écrins, où il vit à la belle saison. C'est le premier album de BD que mes voisins, ici, ont lu. Parce que le sujet leur parlait. C'est cela que j'ai envie de faire, les toucher. «Ailefroide» m'a donné envie de raconter mes propres histoires et j'ai découvert que j'avais une grande faciilté à les écrire, ce qui est nouveau pour moi.»

Tiré d'un fait réel

Alors, quand un berger lui raconte comment, trois jours auparavant, un loup a attaqué son troupeau, Rochette sait qu'il tient sa nouvelle histoire. Celle de Gaspard, le berger, qui va durant des mois livrer un combat acharné à un loup dont il a abattu la mère. Un duel digne des plus grands westerns, où le décor est un personnage au moins aussi important que les deux rivaux. Un récit dans lequel le lecteur hésite à savoir si Rochette se positionne en faveur ou contre la réintroduction du loup.

«Je suis plutôt pour. Mais je ne peux pas faire fi des bergers autour de moi qui perdent leur bétail. Ni d'un autre que je connais qui, lui, fait paître ses moutons là où il y a une meute de loups et qui n'a pas de problème. On peut trouver une solution à la présence du loup, même si ce n'est pas simple. Ce n'est en tous cas pas de tous les tuer, comme on l'a fait autrefois. Cela ne passerait plus. Sauf si, évidemment, ils ont la rage.»

«J'ai donné mes traits à Gaspard car j'ai la tête de l'emploi», dit Jean-Marc Rochette. Photo Nicolas Folliet/Casterman

Mais la rage, dans son album, c'est Gaspard qui l'a. Et c'est lui qui va évoluer. «Je l'ai dessiné avec mes traits car j'ai la tête de l'emploi et je m'avais sous la main. Je lui ai donné le caractère de mon grand-père, un montagnard, de ceux qu'il ne faut pas emmerder. Pourtant, dans la nature, il y a aussi moyen de trouver la rédemption.» Qui de l'homme ou du loup va sortir vainqueur de ce combat? Rochette a la réponse, que le lecteur découvrira, comme il lira la postface de Baptiste Morizot, le philosophe qui plaide pour de nouvelles alliances entre l'homme et le loup ou l'ours. Et qui enrichit un débat trop souvent réduit aux deux positions extrêmes.

Sortie simultanée du prélude au «Transperceneige»

L'écologie a en fait toujours été au cœur de l'œuvre de Rochette. Son «Transperceneige» raconte l'histoire d'un train qui roule sans fin dans un monde gelé, transportant ce qui reste de l'humanité. Sauf que ce qui était de la science-fiction à sa sortie n 1982 est quasi d'actualité aujourd'hui. Et ce 15 mai sort en même temps que «Le loup» «Extinctions», le premier tome d'une trilogie qui raconte comment le monde a connu l'apocalypse qui mènera au «Transperceneige» et comment ont été choisis ceux qui ont pu monter dans le train. Une publication simultanée suggérée par une attachée de presse. «Elle a eu raison, il y a un axe commun, une forme d'écologie radicale dans le deux albums.»

Pour «Extinctions», que Rochette finissait quand le berger lui a raconté l'histoire du loup, le dessinateur s'est associé pour le scénario à Matz (auteur de la série «Le tueur»). «J'avais besoin de quelqu'un qui incite le lecteur à tourner les pages, à lire la suite.» Mission réussie. Le récit est d'une redoutable efficacité avec même, l'avoue Rochette, un côté Marvel. Normal, cette nouvelle trilogie a été conçue suite au succès de l'adaptation du «Transperceneige»au cinéma en 2013 et à la prochaine sortie sur Netflix de la série. L'album est d'ailleurs publié simultanément aux États-Unis où les précédentes BD se sont vendues à plus de 30 000 exemplaires, ce qui est beaucoup pour des albums européens.

Un potager et Ramuz

«La trilogie fera le lien avec le premier tome du «Transperceneige», même si la cicatrisation ne sera pas parfaite. Je travaille sur le deuxième tome, mais j'ai déjà écrit aussi une autre histoire qui se déroule dans le Vercors. L'hiver, je ne peux pas rester dans les Écrins, alors j'habite Paris. Je m'y ennuie tellement que je travaille non stop de 7 heures à 20 heures et j'arrive à finir un bouquin en trois mois. L'été, mon rendement est plus lent,il faut bien que je m'occupe de mon potager!» En lisant Giono. «Ou votre Ramuz, qui est formidable aussi!»

Créé: 15.05.2019, 19h05


Sondage

"No Time to Die" ("Ce n'est pas le moment de mourir") est le titre du prochain James Bond. Pour vous c'est...




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters