Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:09

France Le prix Goncourt François Weyergans est décédé

Le romancier et académicien François Weyergans, lauréat du prix Renaudot et du Goncourt, est mort ce lundi à l'âge de 77 ans.

François Weyergans.

François Weyergans. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le Secrétaire perpétuel et les membres de l'Académie française ont la tristesse de faire part de la disparition de leur confrère François Weyergans décédé le 27 mai 2019 à Paris», a indiqué l'Académie française dans un communiqué, au sujet de l'écrivain né en 1941.

Né à Bruxelles, François Weyergans était l'un des rares écrivains à avoir reçu à la fois le prix Renaudot (pour «La démence du boxeur» en 1992) et le prix Goncourt (pour «Trois jours chez ma mère» en 2005).

Facétieux et inclassable

Écrivain facétieux et inclassable, il avait été élu à l'Académie française en mars 2009 au fauteuil d'Alain Robbe-Grillet. Outre ses activités de romancier, François Weyergans aimait le cinéma et la danse.

Son oeuvre littéraire compte une quinzaine de titres parmi lesquels «La vie d'un bébé», dont le héros est un enfant dans le ventre de sa mère.

Né le 2 août 1941 François Weyergans était le fils de l'écrivain belge d'inspiration chrétienne Franz Weyergans. Il a essentiellement vécu en France, ne rejoignant sa Belgique natale que pour ses études à l'institut Saint-Boniface-Parnasse, qui fut aussi le lycée d'Hergé.

Tintin et les Évangiles

De ses origines familiales, Weyergans reconnaissait une double source d'inspiration: Tintin et les Évangiles. Passionné de cinéma, il était entré au début des années 1960 à l'Institut des hautes études cinématographiques (Idhec, devenu la Fémis) et a réalisé plusieurs films sur Maurice Béjart, son ami qu'il accompagnera jusqu'à son dernier souffle en 2007.

Son long-métrage, «Un film sur quelqu'un» avait été sélectionné en 1972 à la Mostra de Venise. Remarqué dès son premier livre, «Le pitre», Prix Roger Nimier 1973, une histoire de psychanalyste, il se consacre alors à la littérature, avec parfois de longs moments de doute et de silence.

«Les critiques ne cessent de me traiter de clown. J'aime bien ça (...). Mais je suis un clown à message», déclarait-il en 1989 à la sortie d'un livre justement intitulé «Je suis écrivain». (ats/nxp)

Créé: 27.05.2019, 19h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.