Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 09:00

BD Bretécher est de retour! Les Nombrils et XIII aussi

L'humour cruel de la grande dame de la BD n'a pas pris une ride. Retrouvez-là, ainsi que quelques autres bons albums.

Claire Bretécher: sa tendre cruauté nous a manqué.

Claire Bretécher: sa tendre cruauté nous a manqué. Image: Bretécher/Dargaud/Le Matin

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Petits travers»

«Petits travers» par Claire Bretécher, Ed. Dargaud, 112 pages

Bretécher est trop rare. Et quand sort enfin un nouvel album, on réalise à quel point elle nous a manqué dans l'intervalle. Alors oui, il faut se ruer sur ces «Petits travers», une sélection de ses dessins parus dans la presse et quelques inédits. La sociologue des classes moyennes supérieures prouve une fois encore quel a un regard parfaitement affûté sur les travers des bobos, des urbains et, plus généralement, des femmes. Pionnière en la matière, elle n'est aujourd'hui plus seule à croquer la vie féminine au quotidien. De nombreuses dessinatrices le font, souvent via un blog ou dans des BD qui en ont la forme. Pourtant, aucune n'est encore parvenue a égaler Claire Bretécher, première femme à avoir reçu le Grand Prix du Festival d'Angoulême. C'était en 1982. Claire, on en veut encore!


«Atom Agency»

«Atom Agency, les bijoux de la Bégum» T. 1 par Schwartz et Yann, Ed. Dupuis, 56 pages.

S'inspirant du vol réel des bijoux de la Bégum en 1949, Yann lance une nouvelle série policière au goût délicieusement rétro. Il pimente le récit en choisissant un héros arménien, fils d'un policier, qui veut devenir détective privé. Saisissant l'opportunité que représente ce vol dont toute la presse parle, Atom Vercorian va donc ouvrir sa propre agence. Avec la belle Mimi à qui il ne faut pas marcher sur les pieds et Jojo la Toupie, ancien catcheur, l'Atom Agency est au complet. Après nous avoir enchanté avec plusieurs tomes de «Spirou vu par...», le duo Yann-Schwartz se reforme pour cette série qui démarre très fort. Le dessin de Schwartz, qui rappelle tant celui de Chaland, ainsi que le scénario de Yann, qui ne peut que faire penser aux albums de Gil Jourdan, le détective créé par Tillieux, font déjà d'«Atom Agency» un incontournable de l'année.


Les Nombrils

«Les Nombrils: Ex, drague et rock'n roll!» T.8, par Dubuc et Delaf, Ed. Dupuis, 48 pages

Les Québécois Dubuc et Delaf ont su conquérir un vaste public avec l'histoire de ce trio de filles: Jenny et Vicky, les deux bombes du lycée (mais qui n'ont pas inventé la poudre qui pète deux fois) et leur copine-faire-valoir-esclave, le grand échalas Karine. Loin de se contenter d'aligner les gags (très drôles et percutants, d'ailleurs), ils ont su, au fil des ans et des albums, faire évoluer leurs personnages. À tel point que dans cet album, Karine est devenue rock-star alors que les deux mégères sont désormais ennemies car obligées d'habiter ensemble (le père de Jenny sort avec celui de Vicky). Des situations explosives en perspective: on confirme, c'est un feu d'artifice d'humour.


«Texas Jack»

«Texas Jack» par Dimitri Armand et Pierre Dubois, Coll. Signé, Ed. Le Lombard, 128 pages

Si vous aimez les westerns costauds, avec poursuites à cheval, fusillades et des méchants très méchants, «Texas Jack» va faire votre bonheur. L'elficologue Pierre Dubois prouve qu'il ne sait pas raconter que des histoires de lutins avec ce scénario. Texas Jack, une fine gâchette mais seulement quand il oeuvre dans un cirque, est recruté pour aller régler son compte à Gunsmoke, la plus grande des ordures, qui met l'Ouest à feu et à sang avec sa bande . Cet album est une suite indirecte à «Sykes», réalisé par les mêmes auteurs. On retrouve en effet le marshal qui donne son nom au premier volume, même s'il n'est pas cette fois le héros. C'est dense, haletant et le dessin d'Armand est impeccable: du solide!


«XIII Mystery: Judith Warner»

«XIII Mystery: Judith Warner» T. 13, par Grenson et Van Hamme. Ed. Dargaud, 56 pages

Cette série parallèle où chaque tome apporte un éclairage sur l'un des personnages croisés dans XIII, nous réserve souvent des surprises. Il y avait déjà de quoi se réjouir de revoir Judith Warner, la sublime pharmacienne de Greenfalls. Qui a déménagé et croise sur son chemin... Jessica Martin, la tueuse à gage. Les deux femmes n'avaient quasi aucune chance de se rencontrer, n'ont rien en commun sauf... d'avoir couché avec XIII. Caractéristiques qu'elles partagent tout de même avec près de la totalité des personnages féminins de la série. Alors oui, à force, cela devient du grand n'importe quoi toutes ces connexions improbable. Mais le pire, c'est qu'on prend toujours plaisir à les lire et Grenson (dessinateur de «Niklos Koda») apporte tout son talent à ce tome. Que Van Hamme est revenu scénarisé en personne!

Nettement plus recommandable que ce «XIII: l'enquête, deuxième partie». A l'époque, le tome 13 de la série avait pris une forme spéciale vu son nombre symbolique: un gros volume où alternaient notices détaillées sur à peu près tous les personnages croisés jusqu'ici et des planches racontant des scènes inédites de la saga. Cette suite fait de même avec ce qui se passe dans les tomes suivants scénarisés par Van Hamme, donc jusqu'au 19. Mais dessiné cete fois par Philippe Xavier, Vance étant décédé en mai dernier. C'est très court (32 pages!) avec des situations ridicules (le journaliste reprenant l'enquête, frère du précédent, qui s'est fait tuer, promet un album dédicacé à qui lui donnera des infos sur une tueuse!). Vous pouvez sans autre vous en passer.

«XIII: l'enquête, deuxième partie» T. 13 (bis), par Van Hamme et Xavier, Ed. Dargaud, 32 pages

(Le Matin)

Créé: 06.12.2018, 18h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.