Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 11:13

Canton de Neuchâtel La Chaux-de-Fonds rend un tableau volé par Vichy

Saisie en 1942 à une famille juive et vendue en 1943, la toile «La Vallée de la Stour» a été restituée aux héritiers légitimes par le Musée des Beaux-Arts.

La procédure pour la restitution de ce tableau aura pris une dizaine d'années. (Lundi 12 mars 2018)

La procédure pour la restitution de ce tableau aura pris une dizaine d'années. (Lundi 12 mars 2018)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités de La Chaux-de-Fonds ont officiellement restitué lundi à ses héritiers légitimes un tableau du peintre John Constable. L'oeuvre exposée au Musée des Beaux-Arts avait été spoliée par le régime de Vichy. Sa valeur est estimée à un million de francs.

La toile intitulée «La Vallée de la Stour» avait été saisie en 1942 par le régime de Vichy à une famille juive et vendue aux enchères à Nice en 1943. Or, ce tableau était exposé depuis 1986 au Musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds. Il avait été légué à la Ville par un couple chaux-de-fonnier, Madeleine et René Junod.

«Je retrouve une partie de ma famille», a déclaré très ému Alain Monteagle, l'un des descendants de la famille juive spoliée. «Il y a aujourd'hui beaucoup de joie en moi», a-t-il ajouté. Ce retraité français recherche depuis des années la collection de son arrière-grand-oncle et de son arrière-grande-tante.

Procédure longue et complexe

La procédure pour la restitution de ce tableau aura pris une dizaine d'années. La première demande était parvenue en 2006 au musée. La toile devrait être exposée dans des grands musées, a indiqué Alain Monteagle, représentant de l'Indivision Jaffé, groupe de personnes héritières d'Anna Jaffé, propriétaire du tableau.

L'Indivision Jaffé a fait en 2016 une requête en conciliation au Tribunal régional des Montagnes et du Val-de-Ruz pour la restitution de cette huile. Des représentants de la ville et des héritiers du tableau s'étaient rencontrés plusieurs fois pour négocier.

Pour le Conseil communal, toute la procédure qui a accompagné la restitution du tableau «La Vallée de la Stour» respecte aussi bien la mémoire que l'honneur et les intérêts de toutes les parties. «Il n'a jamais été question de cacher la provenance de l'oeuvre», a relevé le conseiller communal Théo Bregnard.

Bonne foi

En septembre dernier, le législatif de la Métropole horlogère avait accepté à l'unanimité la demande de cession de ce tableau. Les élus ont décidé de restituer l'oeuvre contre une indemnité symbolique.

Cette indemnité constituait un signe de reconnaissance de la bonne foi des autorités communales et du couple Junod, qui ignorait que l'oeuvre avait été spoliée. C'était aussi une compensation des dépenses engagées pour la restauration et la conservation de ce tableau.

Les autorités voulaient surtout éviter un procès sur un sujet aussi sensible que celui des oeuvres spoliées. Un tel procès coûterait des centaines de milliers de francs, a relevé le Conseil communal dans son rapport au législatif relatif à la demande de cession de ce tableau. Il aurait aussi mobilisé la presse nationale et internationale. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2018, 18h24

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.