Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:52

Cinéma Un mythe qui sent la sueur

Florent Emilio Siri fait revivre Claude François dans un biopic convaincant.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le générique de «Podium», le film de Yann Moix, avait réveillé la passion. Images tremblées d’une foule en transe et larmes échappées d’un passé si proche… C’était en 2004 et, huit ans plus tard, la lumière est plus intense que jamais. Porté doucement, fermement au-dessus de la foule par la puissance de millions de cœurs battant à l’unisson, l’artiste populaire hante la légende de la variété française depuis ce 11 mars 1978 funeste où, pour remettre en place une applique mal fixée… La tragédie écrite dans le bruit, la fureur et les larmes s’installent dès ce mercredi dans la lumière incendiaire du Cinémascope.

Une métamorphose

On en parlait depuis des lustres, cette fois, c’est fait: Claude François devient un personnage de cinéma, héros d’un film-fleuve et solaire. Après avoir convaincu Bruce Willis de ses compétences («Otage»), Florent Emilio Siri, cinéaste porté sur l’action bien teigneuse («Nid de guêpes», «L’ennemi intime»), est l’homme sur lequel repose la lourde charge de mettre en images la vie d’un chanteur qui a rendu dingues plusieurs générations de femmes. Un choix étrange mais approuvé par Claude Jr et Marc, les fils du mythe qui coiffent ici les casquettes de producteurs associés. Comme on l’indique ci-dessus, Florent Emilio Siri a fait quelques gammes du côté de Hollywood. L’efficacité est donc l’une de ses caractéristiques premières, ce qui lui permet de signer, sans effort apparent, une mise en scène ample qui permet à son biopic de ne pas avoir à souffrir de la comparaison avec des modèles américains comme «Ray» (ascension et règne de Ray Charles) ou «Walk The Line» (ascension et règne de Johnny Cash).

Durant près de deux heures et trente minutes, le réalisateur utilise au mieux les possibilités de l’écran large et se distingue par une photographie vintage et solaire qui confère à son ouvrage le souffle nécessaire. Toutefois, ce que tout le monde va retenir ici, c’est la métamorphose de Jérémie Rénier en «Cloclo». Comme les plus grands pros, le jeune acteur belge (il vient de fêter ses 31?ans) prête son corps de manière troublante à un mythe du XXe siècle dont l’image demeure présente dans l’esprit de ses fans, de ses détracteurs ou des observateurs neutres grâce à une intense exposition médiatique. De l’enfance dans un paradis égyptien à la fournaise des seventies, décennie durant laquelle Claude François dispute à James Brown le titre de «hardest working man in show- business», Rénier incarne le chanteur énergiquement. L’ensemble, c’est logique dans ce type d’entreprise, déroule soigneusement des épisodes connus. Pas une pochette de 45?tours ne manque à cette reconstitution soignée, mais au-delà de la touche émotionnelle supplémentaire qu’apporte la gestation du tube «Comme d’habitude» et de sa reprise fabuleuse par Sinatra sous le titre de «My Way», on saluera la lucidité des scénaristes.

Le portrait de Claude François ici proposé n’est ni terne ni lisse. L’impulsivité (doux euphémisme), la jalousie folle, l’avidité aussi du personnage ne sont jamais dissimulés. On (re)découvre ici un petit coq blond complexé par sa voix, sa taille et son adolescence dévastée par un conflit non résolu avec le père. On navigue aux côtés d’un séducteur vorace, d’un patron de presse tyrannique (magazines Podium et Absolu) qui est aussi un artiste d’une constante loyauté envers ses fans, un gars prêt à «crever» sur scène à la manière d’un Johnny ou d’un Otis Redding (sa grande idole). Pas un dieu mais un homme qui sent la sueur, épargné par l’odeur rance des livres d’histoire oubliés au bout d’une étagère.

Créé: 13.03.2012, 20h32

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.