Lundi 30 mars 2020 | Dernière mise à jour 14:12

Cinéma Images inédites pour les 50 ans d'Apollo 11

Près de 200 salles obscures vont diffuser un nouveau documentaire sur les premiers pas de l'Homme sur la lune et composé d'images inédites.

En plus du matériel inédit, toutes les images ont été re-scannées avec du nouveau matériel.

En plus du matériel inédit, toutes les images ont été re-scannées avec du nouveau matériel. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le «petit pas» de Neil Armstrong sur la Lune pendant la mythique mission Apollo 11 sera à l'affiche de plus de 200 cinémas français, belges et suisses du 4 au 8 septembre, à l'occasion du cinquantenaire de la plus grande conquête spatiale.

Révélant des images inédites sur grand écran, le nouveau film documentaire américain «Apollo 11», qui raconte les premiers pas de l'Homme sur la Lune, sera projeté dans le cadre des séances Pathé Live.

Composé d'images 70 mm inédites et des extraits audio choisis sur plus de 11'000 heures d'enregistrements, ce film qui sera proposé en Imax dans les salles équipées, plonge le spectateur au cœur de la plus célèbre mission de la Nasa, en immersion aux côtés des astronautes, permettant de vivre la journée du 21 juillet 1969.

«Une bonne moitié du film est composée d'images inédites, mais en vérité, en termes de qualité, c'est 100 % des images qui n'ont jamais vraiment été vues jusqu'ici, parce que nous avons re-scanné tout le nouveau matériel, mais aussi l'existant», a expliqué le réalisateur, Todd Douglas Miller.

A couper le souffle

Le premier plan du film coupe le souffle : en couleurs et en grand format, les chenilles du gigantesque transporteur de la Nasa remplissent l'écran. L'engin achemine la massive fusée Saturn qui lancera les astronautes.

Les cameraman de l'époque ont aussi filmé l'attente fébrile des milliers d'anonymes, allongés sur les plages américaines, en famille, jumelles à la main.

Dans la salle d'allumage, l'image de rangées d'ingénieurs - des hommes à perte de vue, en chemisettes blanches et cravates sombres - tranche avec celle des salles de contrôle actuelles, plus féminisées, de la Nasa et de SpaceX.

Parmi les séquences les plus spectaculaires, la descente éprouvante de l'«Eagle» jusqu'à son alunissage. (afp/nxp)

Créé: 28.08.2019, 16h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.