Lundi 18 novembre 2019 | Dernière mise à jour 15:25

Mostra de Venise «J'accuse» et «Joker» parmi les favoris

Présidé par la réalisatrice argentine Lucrecia Martel, le jury de la 76e Mostra devra choisir samedi soir son lion d'Or.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Festival de Venise attend samedi son palmarès, avec le thriller historique implacable de Roman Polanski sur l'Affaire Dreyfus, «J'accuse», et le «Joker» de Todd Phillips, avec un Joaquin Phoenix impressionnant en ennemi de Batman, parmi les favoris pour le Lion d'or.

Présidé par la réalisatrice argentine Lucrecia Martel, le jury de la 76e Mostra devra choisir samedi soir qui succèdera à «Roma» du Mexicain Alfonso Cuarón pour le Lion d'or, la récompense suprême, parmi les 21 films en compétition.

Parmi eux, le film de Roman Polanski «J'accuse», qui raconte l'Affaire Dreyfus du point de vue du lieutenant-colonel Georges Picquart, qui avait réhabilité le capitaine injustement condamné, est l'un des favoris de la presse étrangère et italienne sur le Lido. Il est à la première place du classement d'un panel de journalistes internationaux et italiens établi par le journal italien Ciak, publié pendant le festival.

Affaire Dreyfus

Applaudi lors de la projection et la conférence de presse, le film a d'ores et déjà remporté samedi le prix Fipresci de la critique internationale à Venise - pour son «point de vue inhabituel» sur l'Affaire Dreyfus, sa mise en scène «rigoureuse et élégante», ses dialogues «puissants» et la performance «exceptionnelle» de ses acteurs, selon la Fipresci.

Ce thriller politique est un film «indispensable» selon le quotidien Le Monde, une «oeuvre rigoureuse et sévère qui renonce à tous les effets» selon l'espagnol El Pais, tandis que pour le quotidien italien La Repubblica, il raconte cette histoire avec «rythme» et «une précision historique impressionnante».

Mais, alors que Roman Polanski, toujours poursuivi par la justice américaine pour une affaire de viol d'une mineure en 1977, a fait le parallèle entre son histoire et sa propre vie, s'estimant lui aussi «persécuté», certains ont exprimé des réserves sur le film, le site américain Indiewire l'ayant jugé «trop défensif et didactique» et Le Figaro l'ayant qualifié de «film à thèse».

Dilemme

Précédé aussi par une controverse sur sa sélection, critiqué par des féministes, ce film devrait mettre le jury face à un dilemme. La présidente du jury Lucrecia Martel avait elle-même suscité la polémique au premier jour du festival en se disant «très gênée» par sa présence en compétition, avant de revenir sur ses propos, en disant qu'elle n'y était «en aucune façon opposée».

Egalement bien placé dans les pronostics, «Joker» de l'Américain Todd Phillips, qui revisite le film de super-héros en explorant les origines de l'adversaire de Batman, pourrait prétendre à une récompense.

Son acteur principal, Joaquin Phoenix, a particulièrement impressionné dans son rôle d'homme torturé et malade, maltraité par la vie, glissant peu à peu dans une folie diabolique.

«Joker» est à égalité en deuxième position dans le classement des journalistes internationaux et italiens avec «Marriage story» de Noah Baumbach, film Netflix sur l'histoire d'un couple qui se sépare, remarquablement interprété par Adam Driver et Scarlett Johansson.

La Mostra fait des vagues

S'il recevait la récompense suprême, ce serait le deuxième film Netflix de suite à être couronné à Venise, après «Roma», alors que la Mostra a fait des vagues en choisissant de sélectionner en compétition des films de la plateforme américaine, contrairement à Cannes.

Le jury, dont les choix peuvent être très différent des pronostics, pourrait aussi contourner la difficulté en récompensant un tout autre film, dans un festival où figuraient d'autres longs métrages appréciés, dont l'odyssée spatiale américaine «Ad Astra» de James Gray avec Brad Pitt, tandis que l'acteur Luca Marinelli a séduit la presse italienne dans une adaptation de «Martin Eden» de Jack London.

Deux films de réalisatrices

L'émouvant film australien «Babyteeth» de Shannon Murphy, l'un des deux seuls films réalisés par une femme en lice, sur une jeune femme atteinte d'un cancer, pourrait aussi séduire le jury.

Tout comme «Waiting for the barbarians» du Colombien Ciro Guerra, film à l'image soignée et aux résonances contemporaines sur la peur de l'autre et les dérives brutales du pouvoir, avec Mark Rylance et Johnny Depp, qui n'a cependant pas les faveurs de la presse.

Film choc sur les horreurs de la guerre, «The Painted Bird» du Tchèque Vaclav Marhoul a secoué les festivaliers, mais sans convaincre non plus les critiques. (afp/nxp)

Créé: 07.09.2019, 13h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.