Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 09:40

Interview Lady Gaga: «Le film «A Star Is Born» a changé ma vie!»

Lady Gaga fait ses débuts au cinéma dans le premier long-métrage de Bradley Cooper, actuellement en salle. Et c'est très prometteur. Rencontre.


Lady Gaga avec notre journaliste Henry Arnaud, envoyé spécial au Festival du Film de Toronto, au Canada. (Image: DR)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lady Gaga incarne une jeune chanteuse qui a une voix extraordinaire mais manque de confiance en elle dans «A Star Is Born», sorti le 3 octobre en Suisse romande. Et ses débuts au cinéma dans cette troisième adaptation d’un vieux film hollywoodien sorti en 1937 sont vraiment prometteurs. Nous l'avons rencontrée au Festival du film de Toronto, au Canada.

Qu'est-ce qui vous a décidée à franchir le pas et à devenir une actrice dans «A Star Is Born»?

Dès l'instant où Bradley Cooper est venu me voir dans ma maison de Californie, nous avons eu une connexion instantanée. Il m'a parlé de son projet, raconté son idée... Bref, je me suis tellement sentie à l'aise avec lui que, lorsqu'il m'a parlé de ses origines italiennes, je l'ai entraîné vers ma cuisine et je lui ai préparé à manger. Nous sommes tous les deux de familles italiennes de la côte est américaine, cela crée des liens. (Rires.) Avant la fin de notre première journée ensemble, on s'est retrouvé au piano à chanter en duo.

Est-ce votre apparition dans plusieurs épisodes de la série «American Horror Story» qui vous a donné envie de devenir comédienne?

Non, c'est vraiment Bradley Cooper qui m'a séduite. Ryan Murphy m'avait convaincue pour «American Horror Story» mais, après cette série, je ne me suis pas dit que je devais arrêter la chanson pour le cinéma. Je me laisse porter par mes désirs et inspirations. «A Star Is Born» est arrivé au bon moment et c'était le scénario idéal.

Au début du film, vous reprenez «La vie en rose» d'Edith Piaf que vous aviez déjà interprété en duo avec Tony Bennett...

C'est vrai que j'ai chanté ce titre en français des centaines de fois mais si vous écoutez bien mon intonation, je ne chante pas «La vie en rose» comme Lady Gaga mais en pensant à Ally, mon personnage. Elle n'est pas ambitieuse au début du film et elle est dépressive. Ally ne croit pas en elle, je devais faire passer ses émotions dans mon interprétation.

Vous avez dit avoir fait une totale confiance à Bradley Cooper pour vous filmer. Pourquoi?

Ce film aurait été un chef d’œuvre sans moi. Bradley avait une telle passion pour cette adaptation que je n'ai eu qu'à me laisser porter par son explosion de talent. Cela faisait des années qu'il rêvait de «A Star Is Born», il y a donc mis toute son énergie.

Votre personnage refuse de modifier son apparence pour plaire aux patrons des maisons de disques. C'est un point commun avec vous, non?

Absolument, on m'a conseillé de me faire toucher le nez avant mon premier single. J'ai refusé. Je suis fière de mes origines italiennes et de mon nez. Je n'ai pas toujours aimé mon apparence mais j'ai appris à accepter et embrasser mes différences pour en faire des forces. Je dirais même que je suis plutôt contrariante, car quand on me demandait d'être sexy, je voulais un look opposé. (Rires.)

Comment jugez-vous votre carrière?

Je suis fière du parcours réalisé mais j'ai le sentiment de n'être qu'au début de ma carrière. Je pense que j'ai encore beaucoup de choses à me prouver et d'autres expériences à tenter.

Avez-vous rencontré Barbra Streisand qui était la star d'une version précédente de «A Star Is Born»?

Oui, elle m'a invitée chez elle lors d'un dîner où d'autres personnes étaient présentes, comme John Travolta. Nous avons discuté et elle m'a fait visiter sa sublime résidence mais nous n'avons pas parlé une seule seconde de «A Star Is Born». C'était une soirée privée, pas un rendez-vous de travail. (Elle fait un clin d’œil.)

L'un de vos proches, le mannequin Rick Genest connu sous le surnom de Zombie Boy, s'est suicidé récemment après des années de dépression. Vous avez-vous même parlé de vos problèmes, un sujet qui est abordé dans ce film avec la perte d'un être cher. Est-ce que ces scènes ont été plus difficiles à tourner?

J'ai du mal à répondre à votre question sans pleurer. (Elle s'arrête de longues secondes et les larmes lui montent aux yeux.) Je vous répondrai en disant que ce film est vraiment spécial pour moi car il m'a permis d'incorporer toute la souffrance que j'ai ressentie dans ma vie privée. Tous mes souvenirs d'abandon, de trahison ou de déception dans ma vie, j'ai voulu les montrer à l'écran. «A Star Is Born» a changé ma vie car, à la fin du tournage, je me suis dit que toute la peine que j'ai ressentie dans les épreuves, cela m'a emmené vers ce film. Je pense être plus forte aujourd'hui face aux soucis et mon souhait est que des spectateurs puissent être aidés aussi en voyant «A Star Is Born». (Le Matin)

Créé: 07.10.2018, 12h00

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.