Mardi 19 mars 2019 | Dernière mise à jour 21:34

Interview Maggie Gyllenhaal: «James Franco a toute ma confiance»

Les deux acteurs tournent ensemble dans la série «The Deuce», dont la saison 2 arrive le 10 septembre sur OCS. Rencontre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'an passé, peu de temps après les accusations contre Harvey Weinstein, c'était l'acteur James Franco qui se retrouvait au milieu d'une polémique similaire avec plusieurs jeunes actrices qui l'accusaient d'abus sexuels. Rencontre exclusive avec Maggie Gyllenhaal, sa partenaire dans la série «The Deuce», dont la saison 2 démarre le 10 septembre sur OCS.

L'actrice a reçu «Le Matin» à New York juste avant l'ouverture du Festival du film de Toronto où elle présente ce week-end son dernier film, «The Kindergarten Teacher».

On ne peut pas vous rencontrer sans parler de James Franco puisque vous tournez ensemble dans la série «The Deuce» depuis deux ans. Votre attitude envers lui a-t-elle changé depuis les accusations dont il est l'objet?

Quand tout cela s'est passé, j'ai pris beaucoup de temps pour y réfléchir car il y a énormément de choses en jeu tout autant pour moi que pour les autres femmes dans ma vie. J'ai lu toutes les accusations contre lui. Et je l'ai confronté, je lui en ai parlé directement face à face. James Franco a toute ma confiance. Ensuite, j'ai analysé mon expérience avec lui. J'ai discuté avec toutes les femmes qui bossent sur notre série, celles que j'appelle mes sœurs de «Deuce»... et pas seulement les actrices mais aussi les filles qui bossent derrière les caméras. Aucune d'entre elles ne m'a dit la moindre chose qui puisse m'inquiéter. Ensuite, j'ai pensé à notre feuilleton, qui aborde la misogynie, les abus de pouvoir dans le monde du spectacle et donc tous ces sujets qui sont dans l'actualité. Au final, j'ai décidé qu'il était plus important de continuer le tournage des nouveaux épisodes plutôt que d'arrêter.

Justement, «The Deuce» est basée sur des histoires vraies des années 1970 lorsque l'industrie du porno est devenue un nouveau business en plein cœur de New York...

Absolument. Le travail que je fait en jouant mon rôle de Candy est capital pour comprendre certains abus de pouvoir tout comme mes partenaires féminines, Dominique Fishback, qui incarne Darlene, et Emily Meade, qui est Lori.

Que dire de l'industrie du porno qui y est mise en avant?

La série évolue dans l'univers du porno mais c'est aussi un regard honnête sur la société moderne. C'est la preuve que depuis toujours les femmes ont enduré des abus en tout genre pour survivre. Je ne pense pas que nos épisodes vendent du sexe ou exploitent la nudité de nos comédiennes, bien au contraire.

Qu'est-ce que le mouvement Me Too change à Hollywood selon vous?

C'est une opportunité incroyable pour les femmes. Pour moi, c'est comme si une porte s'était ouverte alors qu'elle était fermée à double tour. Cette notion d'égalité entre hommes et femmes dans nos métiers est une chance qui ne s'est jamais présentée auparavant. Que cela soit devant ou derrière la caméra, dans tous les jobs où les gars étaient largement majoritaires, on commence à voir des places pour les femmes. Mon rôle, et je dirais le rôle de toutes les femmes dans les métiers artistiques, c'est de bosser dur pour que cette porte ne se referme pas. C'est à nous les filles de prouver que nous pouvons réussir.

Votre long-métrage «The Kindergarten Teacher» est projeté ce week-end au Festival du film de Toronto et vous en parlez comme d'un film féministe, pourquoi?

C'est l'une de mes premières expériences avec autant de femmes à des postes-clés dans un film. «The Kindergarten Teacher» a été réalisé par une femme, Sara Colangelo, produit par une femme, Trudie Styler (ndlr.: qui est aussi l'épouse du chanteur Sting) et avec une femme dans le rôle principal. C'est rare d'avoir les 3 jobs les plus importants occupés par des femmes. Et nous nous sommes battues toutes les 3 pour trouver le financement. Chacune de nous a tellement cru en ce scénario que nous avons fait beaucoup de sacrifices pour que le film soit réalisé.

Quelle est la force de votre film?

«The Kindergarten Teacher» raconte l'histoire d'une institutrice qui est prête à tous les extrêmes pour protéger l'un de ses élèves qu'elle pense être un surdoué. Et elle va aller jusqu'à kidnapper l'enfant. Certains films sont faits pour nous procurer du dépaysement, du divertissement. Celui-ci est fait pour nous faire réfléchir et réagir. Le film a été acheté aux Etats-Unis par Netflix pour une diffusion dès le mois prochain.

(Le Matin)

Créé: 07.09.2018, 06h46

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.