Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 01:23

Cinéma Penélope Cruz évoque Cuba à la Mostra

À Venise pour le film «Cuban Network», l'actrice espagnole s'est dite préoccupée par le manque de liberté d'expression sur l'île caribéenne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Venue présenter à la Mostra de Venise le film d'Olivier Assayas «Cuban Network», sur l'histoire vraie d'un réseau d'espions cubains à Miami, l'actrice espagnole Penélope Cruz a dit dimanche regretter le manque de liberté d'expression à Cuba, lors d'une conférence de presse.

«C'est quelque chose qui m'inquiète»

«Je ne sens pas une grande liberté quand il s'agit de parler et de dire comment ils se sentent», a dit l'actrice espagnole, interrogée sur Cuba, où s'est passé une grande partie du tournage du film.

«C'est quelque chose qui m'inquiète, parce que je crois qu'en 2019, les gens devraient se sentir libres de parler, dans le monde entier», a-t-elle poursuivi.

L'actrice, qui interprète la femme d'un espion dans ce film, en compétition pour le Lion d'or, a encore indiqué avoir trouvé pendant son séjour les Cubains «merveilleux». «Ils ont vraiment un grand coeur, des valeurs, de l'humilité», a-t-elle ajouté.

Histoire vraie

«Cuban Network» («Wasp Network» en anglais), dans lequel elle joue aux côtés notamment d'Edgar Ramirez et Gael Garcia Bernal, raconte sous forme de thriller l'histoire vraie d'un groupe de cinq espions cubains installés à Miami (Etats-Unis) au début des années 1990.

Ils ont mis en place un réseau d'espionnage, avec pour mission d'infiltrer les groupuscules anti-castristes responsables d'attentats sur l'île, avant d'être arrêtés et emprisonnés aux Etats-Unis.

«Nous avons été surveillés»

Interrogé lui aussi sur le tournage à Cuba, le réalisateur français Olivier Assayas a souligné qu'ils avaient été «complètement libres de faire ce qu'ils voulaient», mais qu'il «ne dirait pas qu'ils n'ont pas été espionnés».

«Nous avons été surveillés», a poursuivi le réalisateur de «Carlos» et «Sils Maria». «Mais il n'y a eu aucune conséquence sur le film. Ils ont été fidèles à leur parole, ce qui signifie que nous avons fait le film que nous voulions faire». (afp/nxp)

Créé: 01.09.2019, 22h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.