Jeudi 2 juillet 2020 | Dernière mise à jour 17:11

Cinéma Polanski qualifie #MeToo d'«hystérie collective»

Le cinéaste franco-polonais n'a pas mâché ses mots pour critiquer le mouvement qui condamne les agressions sexuelles.

Roman Polanski avait eu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans en 1977.

Roman Polanski avait eu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans en 1977. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Roman Polanski a qualifié le mouvement #MeToo d'«hystérie collective» et d'«hypocrisie», dans une interview à l'édition polonaise de cette semaine de l'hebdomadaire Newsweek.

«Il me semble que c'est une hystérie collective, du genre de celles qui arrivent dans les sociétés de temps à autre», a dit le réalisateur de 84 ans. Il a été interrogé sur le mouvement contre le harcèlement sexuel dans le milieu professionnel, avant que l'Académie américaine des Oscars l'expulse, le 3 mai, pour une relation sexuelle illégale avec une mineure de 13 ans, survenue en 1977.

De tels phénomènes «prennent parfois une tournure plus dramatique, comme la Révolution Française ou la nuit de la Saint-Barthélemy en France (massacre de protestants en 1572 - NDLR), et parfois moins sanglante, comme en 1968 en Pologne (révolte étudiante et campagne antisémite - NDLR) ou le maccarthysme aux Etats-Unis», a dit Polanski.

«Tous, mus essentiellement par la peur, s'efforcent de se joindre à ce mouvement. Quand je l'observe, cela me rappelle la mort d'un leader nord-coréen adulé, qui a fait terriblement pleurer tout le monde, et certains pleuraient si fort qu'on ne pouvait pas s'empêcher de rire».

«Donc, c'est purement de l'hypocrisie ?», demande le journaliste. «A mon avis, c'est entièrement de l'hypocrisie», confirme le réalisateur. Interrogé pour savoir s'il regarde les films produits à Hollywood, Polanski ne mâche pas ses mots.

Il les regarde «parfois, mais ce sont régulièrement des foutaises tellement monstrueuses qu'il est même difficile de les suivre jusqu'au bout», dit-il, avant d'affirmer qu'en Pologne «on fait maintenant d'excellentes choses» au cinéma et que, s'il en voit peu, ce qu'il voit «habituellement lui plaît beaucoup». (afp/nxp)

Créé: 08.05.2018, 18h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.