Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 01:59

Festival de Cannes Tarantino, DiCaprio et Pitt ont fait vibrer la Croisette

Le film «Once Upon a Time in Hollywood» a été accueilli par des applaudissements nourris au festival de Cannes, mardi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'était le film le plus attendu du festival. Les superstars Brad Pitt et Leonardo DiCaprio, aux côtés de Quentin Tarantino qui les réunit pour la première fois dans «Once Upon a Time... in Hollywood», ont reçu un accueil enthousiaste mardi soir à Cannes.

Le triomphe que leur ont réservé les festivaliers massés devant les marches, pour certains depuis le matin, n'était pas une surprise. D'autant que les deux beaux gosses d'Hollywood se sont longuement prêté au jeu des selfies et des autographes.

Moins certain était l'accueil des spectateurs de cette première séance... Or ils ont applaudi le film pendant environ sept minutes, ce qui est plutôt très bon - même si ce n'est pas exceptionnel pour un film à Cannes. Une célébration de la salle qui a tiré des larmes à Brad Pitt.

«Si on doit expliquer ce qu'est un chef-d'oeuvre, voilà ce que c'est!», s'enthousiasme à la sortie de la séance un spectateur interrogé par la chaîne OCS, qui l'a relayé sur Twitter. «C'est vraiment magique, parce que dans la créativité, dans l'inventivité, Tarantino est capable de tout», dit un autre.

«Irrésistible»

Les premières critiques des spécialistes sont aussi positives. «Le film que Quentin Tarantino était né pour faire», se réjouit sur Twitter Joe Utichi du magazine Deadline, qui juge ce long métrage «irrésistible» et «hilarant». «C'est le film le plus personnel de la carrière de Tarantino», salue aussi Jordan Ruimy de la revue spécialisée The Playlist. Un journaliste du Guardian juge le film «brillant».

Avant de monter les marches, les deux stars ont chacune eu un mot pour le réalisateur qui les réunit à l'écran ainsi que Margot Robbie, également sur le tapis rouge. «Quentin est l'un des derniers dans la grande tradition du cinéma», a salué DiCaprio, 44 ans. «Son film est une lettre d'amour à Hollywood, Los Angeles et au cinéma», pour Brad Pitt, 55 ans.

Tarantino a lui rendu hommage au festival qui l'a lancé et lui a remis la Palme d'or il y a 25 ans pour «Pulp Fiction»: «Cannes a changé ma vie. Je suis venu avec 'Reservoir Dogs' (en 1992, ndlr) comme petit cinéaste indépendant et j'ai ensuite fait le tour du monde».

Visiblement assagi, le réalisateur n'a pas fait le show sur les marches, comme lorsqu'il avait dansé avec Mélanie Laurent en 2009 («Inglorious Basterds») puis avec Uma Thurman en 2014 pour les 20 ans de «Pulp Fiction».

Pas de spoilers

Avant que la projection ne commence, le délégué général du festival Thierry Frémaux a expressément demandé aux spectateurs de ne pas divulguer d'éléments de l'intrigue, relayant l'appel lancé la veille par Tarantino lui-même.

«J'aime le cinéma. Vous aimez le cinéma. C'est le moment de découvrir une histoire (...), je demande juste que chacun évite de révéler quoi que ce soit qui empêcherait les futurs spectateurs de vivre la même expérience devant le film», a-t-il écrit sur Twitter. Une consigne que se sont empressé de trahir un certain nombre de critiques dès la fin de la projection réservée à la presse.

Sur les écrans cet été, le film est l'un des plus attendus de l'année. Parce que le cinéaste attire autant le grand public que les cinéphiles mais aussi parce qu'il aligne deux des plus grandes stars mondiales.

Double-palmé?

Dans ce long métrage de 2h45 filmé en 35 mm, qui se déroule à Los Angeles en 1969 en plein mouvement hippie, DiCaprio et Pitt incarnent respectivement Rick Dalton, un acteur de westerns télévisés, et Cliff Booth, sa doublure cascade. En quête de célébrité, ils ont pour voisine l'actrice Sharon Tate (Margot Robbie) et croisent la route d'autres stars, telles Bruce Lee et Steve McQueen.

S'il obtenait la Palme samedi, le cinéaste de 56 ans intègrerait le très sélect club des doubles-palmés, aux côtés de Bille August, Francis Ford Coppola, Luc et Jean-Pierre Dardenne, Michael Haneke, Shohei Imamura, Emir Kusturica et Ken Loach, lui aussi en compétition cette année. (ats/nxp)

Créé: 21.05.2019, 22h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.