Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:58

Long-métrage La vie du flic des Pâquis au cinéma

Ancien gendarme, Patrick Delachaux vit aujourd’hui de l’écriture. Son premier livre, «Flic de quartier», va être adapté au cinéma avec Anne Parillaud, Olivier Marchal et Pascal Elbé.

Patrick Delachaux ne s'imagine pas comédien.

Patrick Delachaux ne s'imagine pas comédien. Image: Sébastien Anex

Patrick Delachaux a rencontré les comédiens (ici Anne Parillaud, qui joue le rôle de la copine prostituée).
(Image: Picasa)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2003, il s’appelait Yves Delachaux. Il avait 37 ans, il était sous-brigadier à la police genevoise et publiait son premier livre, «Flic de quartier», inspiré de ses dix années passées aux Pâquis, le quartier chaud de la Cité de Calvin, appelé à dépanner la prostituée qui avait perdu la clé des menottes de son client ou à arbitrer les bisbilles de voisinage.

Ses amis l’appellent toujours Yves, mais, dix ans plus tard, on le connaît mieux sous le nom de Patrick Delachaux. Licencié en sciences de l’éducation, le Genevois a démissionné de la police en 2008. Ras-le-bol. Il est aujourd’hui écrivain, romancier, essayiste, grand voyageur et scénariste. Et «Flic de quartier» sera à l’affiche au cinéma, en 2015! Avec le Français Olivier Marchal, ancien de la PJ de Versailles devenu comédien et réalisateur, Pascal Elbé (qui jouera Delachaux) et, dans le rôle de la copine prostituée des Pâquis, la comédienne Anne Parillaud, l’inoubliable Nikita. «Dans le livre, elle s’appelle Francine, mais dans le film, elle s’est transformée en Emma», indique Patrick Delachaux. Autres changements: «Flic de quartier» devient «Flics de quartier» sur grand écran et les Pâquis ont cédé la place à Paris.

Livre «coup de gueule»

«J’ai rencontré les comédiens. Je trouve l’équipe très décontractée», commente le Genevois qui n’avait jamais imaginé, en 2003, voir un jour son bouquin adapté au cinéma. «Ce livre, c’était un coup de gueule après que mon collègue Alain et moi avions été interdits de poursuivre notre projet d’îlotage ethnique.» En tant que coscénariste, le quadragénaire a assisté cette année à ce que l’on appelle, dans le jargon, le préfilm. Huit semaines de boulot, trois jours de prises de vues pour huit minutes de film. Le véritable tournage – prévu sur huit mois – est programmé à l’automne prochain entre la rue Saint-Denis, haut lieu de la prostitution parisienne, et le quartier de Belleville. Les deux réalisateurs sont Français (Nicolas Filali et Christian Lyon) et le financement du long-métrage suisse. Budget: 2 millions d’euros.

Patrick Delachaux travaille en ce moment sur son huitième livre («Saigon 5»). Il continue l’écriture de scénarios et a fait récemment une apparition dans la deuxième saison de «L’heure du secret», la série de la RTS qui sera diffusée en janvier. «En aucun cas je ne veux devenir comédien», affirme l’ancien gendarme qui a fait sienne la devise «à chacun son métier». (Le Matin)

Créé: 02.12.2013, 14h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.